Audrey Hepburn en Givenchy avec des lunettes Oliver Goldsmith photographié par Douglas Kirkland, 1966/Audrey Hepburn en Givenchy photographié par Norman Parkinson, 1955.
Audrey Hepburn en Givenchy avec des lunettes Oliver Goldsmith photographié par Douglas Kirkland, 1966/Audrey Hepburn en Givenchy photographié par Norman Parkinson, 1955. — Iconic Images/Douglas Kirkland/ Norman Parkinson Ltd/Courtesy Norman Parkinson Archive

MODE

Audrey Hepburn, trajectoire d’une « icône » moderne

La National Portrait Gallery de Londres retrace, au travers une exposition regroupant plus de 70 portraits, comment l'actrice britannique a imposé son style...

Une des femmes les plus photographiées dans les années 1950 et 1960, un look, toujours dans l'air du temps. A travers une exposition regroupant plus de 70 portraits dont certains inédits, la National Portrait Gallery de Londres retrace la vie d’Audrey Hepburn, de ses débuts à Londres dans des comédies musicales à son engagement humanitaire en passant par sa grande carrière hollywoodienne. Au fil des clichés, le visiteur découvre comment cette jeune Britannique s’est imposée comme une icône moderne.

Une photogénie incroyable

« Audrey Hepburn est une icône plus d’un titre, en tant que modèle, actrice et muse de la mode », estime Nicholas Cullinan, directeur de la National Portrait Gallery. « Le terme “icône” est très juste pour l’exposition, mais ma mère l’aurait détesté. Elle aurait été préoccupée d’être devenue un objet de dévotion tout en appréciant le compliment », confie le fils de la star, Luca Dotti, qui a prêté des clichés inédits et personnels au musée.

Audrey Hepburn enfant, puis adolescente prend déjà la pose en ballerines, les yeux ourlés de noir. Les privations de la guerre et les cours de danse intensifs lui confèrent sa longiligne silhouette si caractéristique. Son incroyable photogénie saute d’ores et déjà aux yeux.  

Trop grande pour devenir danseuse étoile, Audrey Hepburn se produit dans des comédies musicales. « Quand le grand photographe Antony Beauchamp lui demande dans les coulisses du Cambridge Theatre s’il peut faire quelques photos, elle décline poliment, lui expliquant qu’elle ne peut pas se le permettre », raconte Luca Dotti. Cette série sera publiée dans le Vogue britannique !

La chouchou des photographes

L’écrivain Colette la repère et l’impose pour jouer Gigi. Ce rôle lui ouvre les portes d’Hollywood. «Lorsqu’elle est arrivée aux Etats-Unis, un jeune photographe inconnu l’attendait. Richard Avedon deviendra son ami », évoque son fils.

Parmi les clichés exposés, les plus grands photographes de mode, Cecil Beaton, Terry O’Neill, Norman Parkinson ou encore Irving Penn. «Audrey Hepburn a inspiré de nombreux grands photographes », se réjouit Terence Pepper, commissaire de l’exposition.

Son physique, à l’opposé des canons de l’époque comme Marilyn Monroe, l’impose comme une figure féminine moderne, « presque féministe avant l’heure », souligne Helen Trompeteler, commissaire de l’exposition.

La muse de la mode

Avec Vacances romaines, Audrey Hepburn obtient un Oscar, un Golden Globe et un BAFTA. Sa carrière hollywoodienne est lancée. En 1954, sur le tournage de Sabrina, elle impose Hubert de Givenchy. Une longue histoire de mode et d’amitié débute avec le couturier. «Elle était toujours belle et élégante lorsqu’elle devait participer à des événements publics, mais elle était contente de rentrer à la maison remettre des jeans et des tee-shirts», se souvient Luca Dotti. Amitié, générosité, simplicité et modernité, la quintessence du style d’Audrey.

Infos pratiques

« Audrey Hepburn: Portraits of an Icon », National Portrait Gallery, billet plein tarif à partir de 9 £, jusqu’au 18 octobre 2015

Eurostar facilite l’accès à cette exposition grâce à son programme culturel 2 FOR 1 : 2 entrées pour le prix d’1 sur présentation de son billet Eurostar.