La créativité et l'audace d'Anne-Sophie Pic au menu de la prochaine Fête de la Gastronomie

EXCLUSIF Le parrain de la Fête de la Gastronomie 2015 est une marraine et le thème «créativité et audace», choisie avec la secrétaire d'Etat Carole Delga, laisse présager qu’on va se régaler...

Stéphane Leblanc

— 

Anne-Sophie Pic et Carole Delga, avec la saint-jacques en noix de coco de la chef
Anne-Sophie Pic et Carole Delga, avec la saint-jacques en noix de coco de la chef — D.H.Simon/Ginko

Plus de 10.000 événements attendus, contre à peine plus de 9.000 l’an dernier. Une implication plus soutenue des professionnels, des piques-nics et des banquets dans des lieux insolites. Des démonstrations de tartines... En exclusivité pour 20Minutes, la secrétaire d’Etat au Commerce, à l'Artisanat et à la Consommation Carole Delga et la chef triple étoilée marraine de l'événement Anne-Sophie Pic évoquent cette édition placée sous le signe de la créativité et de l'audace.

Pourquoi avoir choisi Anne-Sophie Pic comme marraine ?

Carole Delga : Les précédents parrains de la Fête de la Gastronomie étaient tous des hommes et Anne-Sophie Pic est une femme engagée au service de la cuisine avec élégance et humilité, en plus d’un attachement à la province, à Valence, aux racines et au terroir qui la nourrit.

Anne-Sophie Pic : Merci pour l’élégance... J’ai en tête qu’on progresse en persévérant, mais en suivant aussi son intuition… Surtout quand elle est féminine. C’est ce qu’on va faire avec Carole Delga.

Vous ferez la fête avec «créativité et audace», puisque c’est le thème de cette édition 2015?

CD : Qui dit fête dit partage, ouverture vers les autres. Le thème «créativité et audace» que nous avons choisi pour la Fête de la Gastronomie les 25, 26 et 27 septembre 2015 est un signal fort vis-à-vis de la jeunesse: montrer que l’on est dans une démarche active et non pas dans la nostalgie. Montrer que l’on est capable de se renouveler, de se projeter pour construire le futur, pour créer la gastronomie de demain. Ce thème fait appel à l’imagination de tous les Français! La créativité et l’audace des chefs et des artisans français méritent d’être encore davantage mises en valeur auprès du grand public français et international.

ASP : Pour que la thématique de cette fête parle à tout le monde, on a choisi de mettre en évidence… l’esprit des tartines. Tout le monde sait faire des tartines, il y a des recettes toutes simples, mais on peut aussi imaginer des compositions plus complexes, créatives, audacieuses. Aussi, je concocterai plusieurs recettes à partager pour les trois jours de la Fête de la gastronomie.

Comment, toutes les deux, faites-vous preuve d’audace en cuisine ?

ASP : Je joue souvent sur les associations de saveurs. En ce moment, je travaille la saint jacques dans une noix de coco [photo]: on l'incise, on ajoute du céleri, du rhum et un peu de truffe noire. On la referme avec de la pâte à sel et la saint jacques cuit une quinzaine de minutes comme dans une cocotte lutée. L’intérêt, ce n’est pas le côté «show off», mais la cuisson qui apporte une puissance aromatique incomparable.

CD : Ma cuisine est plus traditionnelle à base de produits régionaux, mais j’arrive à donner un aspect créatif à mes plats par les épices et les herbes que j’utilise : de la ciboulette, du thym ou de la menthe poivrée. Je parfume mon riz au lait à la cannelle ou à la badiane, mes pêches de vigne avec de la verveine... J’aime bien jouer aussi avec le décalage quand je dresse une table : faire des bouquets avec des herbes, mettre les couverts dans des pots à confiture, poser de la vaisselle moderne sur les vieilles nappes blanches de ma grand-mère...

L’inspiration vous vient comment ?

ASP : Par la rêverie. C’est un grand luxe dans notre époque actuelle, mais c’est ce qui me permet d’avancer.

CD : Mon luxe à moi, c’est mon jardin à Martes-Tolosane dans le Sud-Ouest. C’est lui qui m’inspire. En ce moment, on a les poireaux qui poussent. De retour d’un déplacement dans le Finistère, j’ai rapporté un foie de lotte. L’association avec une fondue de poireau était assez réussie…

Laurent Fabius célèbre le Goût de / Good France ce jeudi soir au Quai d'Orsay et dans 150 pays

Qu’est-ce qui distingue la Fête de la Gastronomie des dîners Goût de / Good France organisés ce jeudi soir par Laurent Fabius au Quai d’Orsay et dans les restaurants et ambassades de 150 pays? «Ce sont deux événements complémentaires», précise Carole Delga.

Goût de / Good France est un événement «destiné à faire connaître et exister la cuisine française à l’international». Inspirés par Auguste Escoffier qui proposait en 1912 le même menu, le même jour, dans plusieurs villes du monde, les chefs de 150 pays proposeront ce jeudi dans leurs établissements un menu «à la française » avec un apéritif, une entrée froide, une entrée chaude, un poisson ou crustacé, une viande ou volaille, un fromage français, un dessert au chocolat, des vins et un digestif français, tout en restant libres de mettre en valeur leur propre culture culinaire.

La Fête de la Gastronomie est plutôt «là pour poser les fondations de la gastronomie en France», reprend la secrétaire d'Etat. Les événements se dérouleront dans des lieux parfois insolites, au cœur des vignes, sur le parvis d'une cathédrale, ou sur la plage… «Pour faire la fête des terroirs dans tous les territoires», souligne malicieusement Carole Delga.