«David Bowie is» l’androgyne de «The Man who sold the World»

MODE A l’occasion de l’exposition consacrée à l’artiste à la Philharmonie de Paris à partir du 3 mars, «20 Minutes» revient chaque jour sur un style emblématique du chanteur. #1, l'androgyne…

Anne Demoulin

— 

La pochette de l'album «The Man Who Sold the World».
La pochette de l'album «The Man Who Sold the World». — Emi

Plus influent que Marie Quant, Kate Moss ou Vivienne Westwood! David Bowie a marqué tout autant la mode que la pop. David Robert Jones s’est réinventé au fil de ses albums et de ses avatars, de Bowie à Ziggy en passant par le Thin White Duke. A l’occasion de l’exposition David Bowie is, décryptage d’un style emblématique du Britannique le mieux habillé de l’histoire.

L’album «The Man Who Sold The World»

Un album étrange avec une pochette qui dérange. The Man Who Sold The World est le premier album de David Bowie avec le guitariste Mick Ronson et le batteur Mick “Woody” Woodmansey (ne manque que le bassiste Trevor Bolder et les Spiders From Mars seront au complet). Ici, à la basse, au piano et à la guitare, Tony Visconti, qui produira de nombreux albums de l’artiste. Tous les thèmes chers à Bowie sont présents: le surhomme selon Nietzsche, l'occulte, la schizophrénie.

Le look androgyne

Au début des années 1960, avec son premier groupe, les Konrads, dans un esprit rock’n’roll mâtiné de blues et de rock, celui que la BBC présente comme le président de la Société protectrice des hommes aux cheveux longs a adopté le look mod: chemises au col boutonné, fine cravate, pantalons cigarette et chaussures italiennes.

En 1971, au moment de la sortie de The Man Who Sold The World, il se façonne un look androgyne, qu’il ne quittera plus. La photo de cet homme imberbe, aux cheveux longs et bouclés, vêtu d’une robe au décolleté plongeant en choque plus d’un.

David Bowie et sa femme, Angie Barnett s’habillent à l’identique.  Plus tard, l’artiste clame haut et fort sa bisexualité. L’ambiguïté sexuelle sera, dès lors, sa marque de fabrique.

L'influence dans la mode

Quand Jean Paul Gaultier met des hommes en jupes il y a trente ans, il est qualifié d’avant-gardiste, et pourtant... «On ne peut pas dire si c’est Bowie qui a influencé les créateurs de mode ou si la mode de son époque a influencé Bowie. C’est un mouvement simultané. A cette époque, les milieux artistiques d’avant-garde étaient en interaction permanente parce que les créateurs se côtoyaient, faisaient la fête ensemble», explique Victoria Broackes, commissaire de l’exposition David Bowie is.

Andrej Pejic a l'apparence d'une femme, mais le sexe d'un homme, défile pour la collection homme automne-hiver 2011-2012 de Jean Paul Gaultier (Jacques Brinon/AP/SIPA)

Les créateurs, à l'instar de David Bowie, entretiennent une sorte de fascination pour l'androgynie et la mode d'aujourd'hui tend vers l'unisexe.