France-Italie, qui fait la meilleure cuisine?

Cuisine Pissaladière vs pizza, tartare vs carapaccio: Julie Soucail publie un livre de recettes en forme de battle culinaire entre la France et l'Italie, savoureux!

Stéphane Leblanc

— 

Etes-vous plutôt pissaladière ou pizza?
Etes-vous plutôt pissaladière ou pizza? — F.VEIGAS / J.SOUCAIL/ TANA EDITIONS

Goûtu ou gusto? En cuisine aussi, on ne peut qu’être tenté de refaire le match entre la France et l’Italie. Les deux gastronomies font partie des meilleures du monde, mais pas pour les mêmes raisons. A la France, les assemblages sophistiqués, à l’Italie la fraîcheur et la simplicité des produits. «Pour autant, ce sont souvent les mêmes et les plats se révèlent assez proches, ce qui n’a pas manqué de nous surprendre», confie Julie Soucail, styliste culinaire qui publie France-Italie,25 clashs culinaires, 50 recettes, chez Tana éditions. Dans ce livre, la France joue à domicile, ce qui lui donne un avantage, mais beaucoup de spécialités comme la pissaladière, l’axoa de veau ou le kouglof restent cantonnés à leurs régions d’origine, quand les pizzas, les lasagnes ou le risotto essaiment dans le monde entier.

Le tartare, mieux que le carpaccio

En confrontation pure, Julie Soucail avoue sa «préférence pour le tartare de bœuf, qui a plus de consistance que le carpaccio», un assaisonnement plus ambitieux aussi: 1-0. Ou pour les chipirons farcis, moins gras et plus goûteux que les calamars frits: la France mène 2-0. Mais l’Italie recolle au score grâce à la focaccia, plus moelleuse et parfumée que la fougasse, 2-1. Et les polpette di carne, savoureuses boulettes de viandes à la tomate utilisant du pain rassis l’emportent sur les fricadelles, plus communes, 2-2 à l'heure de jeu. Julie Soucail refuse de trancher «entre les moules marinières et les linguine alla vongole, deux formidables spécialités de coquillages». Ni même entre la pissaladière et la pizza, prolongation.

C’est là que l’Italie va sortir son joker avec le très étonnant vitello tonnato, dont on trouvera la recette ici en page 51, qui ose la crème, le thon et les câpres sur des tranches fines de veau, «c’est vraiment délicieux », tranche Julie Soucail. En face, notre rôti de bœuf mayonnaise national est aux pâquerettes, 4-3. En dessert, le tiramisu se révélera toujours plus subtil que la charlotte au chocolat, 5-3. Si la bavaroise à la vanille, «avec sa crème anglaise qui donne au dessert une texture fondante», remporte un dernier duel face à la «plus simpliste» panna cotta, la France ne reviendra pas, 5-4.