VIDEO. Fashion Week: Les Miss de l’ultime show Jean Paul Gaultier

MODE Le couturier a présenté ce samedi au Grand Rex son dernier défilé prêt-à-porter, 20 Minutes a assité à cet événément historique dans le monde de la mode...  

Anne Demoulin

— 

Les Miss Marinière de Jean Paul Gaultier.
Les Miss Marinière de Jean Paul Gaultier. — PIXELFORMULA/SIPA

Un show à la mesure de sa démesure. Jean Paul Gaultier a choisi le Grand Rex pour faire ses adieux au prêt-à-porter ce samedi à 19h, après 38 ans de collections où il a bousculé la mode. Les quelque 2.700 invités arboraient l’écharpe tricolore, le sésame pour son défilé printemps été 2015, un immense show, avec plus de 70 passages, chorégraphié par Blanca Li, qui augurait l'élection d'une «Miss Jean Paul Gaultier».

Au premier rang, Catherine Deneuve, la marraine, Pierre Cardin, chez qui le couturier a fait ses débuts à 18 ans en 1970, Farida Khelfa, la muse, Yvette Horner, qu’il avait relooké en 1991 pour son spectacle au Casino de Paris, Amanda Lear et Boy George, figures de la collection printemps été 2013 ou encore Nabilla. Pas un fauteuil vide dans l’immense salle.

Le rideau s’ouvre enfin vers 20h pour plus de trente minutes de spectacle, sur le générique de Champs Elysées. Sur le grand escalier, les premières Miss Gaultier apparaissent, chacune vêtue d’une déclinaison de la pièce emblématique de la maison, la marinière.

Alex Taylor s’improvise en Jean-Pierre Foucault d’un jour, Rossy de Palma campe Madame de Fontenay, rebaptisée Madame de Palmay, et exécute un strip-tease montrant l’autre pièce emblématique, le corset.

«J’ai été très émue de voir autant de gens porter des écharpes», confie à 20 Minutes Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France. «Merci à Jean Paul, c’est un très beau cadeau de choisir le thème des Miss pour son dernier défilé prêt-à-porter. Il nous montre qu’on peut en rire, et il le fait avec beaucoup de bienveillance», poursuit-elle.

Des Miss Tour de France au Miss Femme de footballeur

Les Miss Tour de France défilent en jaune, bardées de publicités comme la caravane du Tour, sous un air d’Yvette Horner. Les Miss Meteo portent des pantalons pailletés et des bottes de caoutchouc comme dans la chanson La Gadoue de Jane Birkin.

«Je ne vois pas ce défilé comme quelque chose de triste, Jean Paul Gaultier continue la haute couture! Bien que j’ai eu le sentiment, un peu désagréable du temps qui passe! Et ce n’est pas comme s’il n’avait pas bossé le garçon», plaisante l’ex-miss météo de Canal+ et chroniqueuse de mode Mademoiselle Agnès.

Et les chroniqueuses de mode, Jean Paul Gaultier leur rend aussi hommage au travers des copies de Suzy Menkès ou Carine Roitfeld, qui défilent sur Vogue de Madonna.

Suivent les Miss Femme de footballeur, portables à la main, toutes plus bling bling les unes que les autres. En perfecto et tutu, comme dans son premier défilé en 1976, surgissent les Miss Vintage, ces mannequins seniors qu’affectionne le créateur, au bras de jeunes éphèbes torse nu.

(Pixel Formula/Sipa)

«Ce défilé était une grande fête, avec un peu de nostalgie. Mais dans la mesure où Jean Paul Gaultier va désormais se consacrer à la haute couture, il va avoir le temps de faire des choses magnifiques. C’est épuisant toutes ses collections», estime la mannequin genevoise Catherine Loewe, éblouissante à 59 ans, croisée juste après le show.

Après une variation sur le thème du smoking, des catcheuses cagoulées déboulent en leggings rayés et tuniques flashy. Et Miss Jean Paul Gaultier 2015 est... Coco Rocha.

(Pixel Formula/Sipa)

Tonnerre d’applaudissements pour Jean Paul Gaultier, ému, portant une écharpe marinière avec la mention «Miss l’enfant terrible». 

 

«J'ai eu tout le bonheur que je voulais en faisant 38 ans de prêt-à-porter. Pourquoi serais-je triste?», réagit-t-il en coulisses  à l'AFP après le show. «J'arrête parce que je veux faire d'autres choses, je fais de la couture, je ferai des petites (collections) capsules peut-être de temps en temps. Tout cela n'est pas terminé, évidemment je ne peux pas me séparer de la mode comme ça!», lance-t-il. «Place aux jeunes», provoque-t-il encore.