L’Oréal a-t-il laissé tomber la jolie supportrice Axelle Despiegelaere à cause de sa photo de chasse?

STYLE Alors qu’elle assistait à ce Mondial 2014, des photographes l'ont mitraillée. Les clichés ont fait le tour du monde et ont été remarqués par L'Oréal, qui lui a proposé un contrat il y a quelques jours...

A.G.

— 

Capture d'écran de la page fan dédiée à Axelle Despiegelaere sur Facebook.
Capture d'écran de la page fan dédiée à Axelle Despiegelaere sur Facebook. — Capture d'écran / 20 Minutes

Axelle Despiegelaere avait tapé dans l’œil de L’Oréal. Mais c’était avant que la firme ne découvre, en même temps que ses admirateurs, une photo polémique publiée sur Facebook par la désormais célèbre supportrice belge, repérée dans les tribunes de la Coupe du monde pour sa plastique.

Sur le cliché incriminé, on peut voir Axelle Despiegelaere poser à côté d’un oryx mort lors d’une expédition de chasse.

 

La Belge de 17 ans avait posté cette photo sur le réseau social le jour du match Belgique-Etats-Unis, avec la légende: «Chasser n’est pas seulement une question de vie ou de mort. C’est plus que ça… C’était il y a un an. Aujourd’hui je suis prête à chasser des Américains.» Quelques jours auparavant, une pom-pom girl américaine avait créé l’émoi sur les réseaux sociaux après avoir publié le même type de clichés (avec un lion, et même un éléphant, en Afrique). Embarrassant.

Collaboration «ponctuelle»

Un porte-parole de L’Oréal a expliqué à The Independent que le contrat proposé à Axelle Despiegelaere récemment était déjà de l’histoire ancienne: «L’Oréal Professionnel Belgique a collaboré avec elle ponctuellement pour réaliser une vidéo pour les réseaux sociaux en Belgique. Le contrat est désormais terminé.» La marque a vu la fameuse photo avec l’animal mort, mais son porte-parole a refusé d’indiquer si la fin du contrat avec la jeune femme était liée à cette image. En revanche, il a insisté sur fait que L’Oréal «n’effectuait plus de tests sur les animaux».

La vidéo tournée avec la marque et publiée le 8 juillet a déjà été vue par près de 2 millions d’internautes sur YouTube et près de 300.000 admirateurs ont «liké» la page fan créée sur Facebook.