Fashion Week: Des trousses de maquillage couture

BEAUTE Trois créateurs de mode, emblématiques de leur génération, ont créé, pour Lancôme, des trousses de maquillage d’exception…

Anne Demoulin

— 

Jacquemus, Alexandre Vauthier et Yiqing Yin à  gauche. les trois trousses à maquillage couture créées pour Lancôme à droite.
Jacquemus, Alexandre Vauthier et Yiqing Yin à gauche. les trois trousses à maquillage couture créées pour Lancôme à droite. — Nico Bustos/Lancôme

Les marques de beauté et les créateurs de mode travaillent de concert à l’occasion des défilés et des séances photo. Pas étonnant que la marque de cosmétique Lancôme ait confié à trois créateurs parisiens le soin d’imaginer une trousse de maquillage version couture.

Yiqing Yin, Jacquemus et Alexandre Vauthier, qui a présenté sa collection haute couture ce mardi à Paris dans le cadre de la Fashion Week, ont accepté de se plier à l’exercice de style: concevoir un écrin capable de loger trois icônes de la maison Lancôme: l’Absolu rouge, le mascara Hypnôse Star et l’Hypnôse Palette. Nouvelle Vague by Lancôme célèbre ainsi la nouvelle génération qui déferle sur les podiums parisiens.

La pochette d’Alexandre Vauthier

Pour Alexandre Vauthier, la beauté, «c’est comme une musique pour moi, un imaginaire sans aucune limite visuelle». Il signe pour Lancôme un long rectangle noir, souligné d’un fermoir métallique. Avec sa chaîne en métal or, la minaudière se porte à l’épaule ou à la main.

Cette pochette en satin noir se déplie pour découvrir une mini-pochette et les trois produits de la marque. «J’ai voulu faire une extension de la simple trousse de maquillage vers le clutch du soir», explique le couturier.

Le sac berlingot de Yiqing Yin

«Les rencontres stimulent la nouveauté», s’est enthousiasmé Yiqing Yin lorsque Lancôme l’a contactée. Elle a choisi un volume berlingot inspiré d’un sac vintage. «Je suis partie de l’idée que mon sac du soir devenait ma trousse de maquillage et non l’inverse», raconte la couturière.

Deux barres métalliques soulignent le volume, la plus longue peut servir de poignée lorsque le sac n’est pas porté en bandoulière grâce à sa chaîne escamotable. Le sac en crêpe de soie tissée très large a été «construit autour d’un paradoxe: celui d’une féminité précieuse à l’instinct guerrier».

La pochette ronde de Jacquemus

L’enfant prodige de la scène parisienne, Simon Porte Jacquemus, 24 ans, est un autodidacte qui distille son humour et sa fraîcheur sur les podiums et dans les concept stores les plus pointus. «J’ai pensé à un sac à porter comme une ceinture, mais aussi à enrouler autour du poignet, un accessoire accessible, facile», confie le créateur.

Il livre donc une pochette en coton technique imperméable, toute rose, toute en rondeur, zippée, à fixer autour de la taille par une sangle ou à saisir par sa dragonne. Surprise, l’intérieur de la pochette est bleu vif. «Je crée pour toutes les filles devenues femmes, mais qui ont conservé leur naïveté et leur sens du jeu», commente Simon Jacquemus.

Les trois pochettes en édition limitée sont vendues en exclusivité au Bon Marché (350 euros pour celle de Jacquemus, 780 euros pour les deux autres, avec en prime les produits Lancôme).