Fashion week: Alexis Mabille mélange les genres

MODE Le couturier français détourne les pièces phares du vestiaire masculin et les transforme en robes à la féminité exacerbée...

Anne Demoulin

— 

Le final du défilé haute couture automne-hiver 2014-2015 d'Alexis Mabille.
Le final du défilé haute couture automne-hiver 2014-2015 d'Alexis Mabille. — Piero Biasion/Alexis Mabille

Alexis Mabille a présenté sa collection haute couture automne hiver 2014-2015 dans les salons feutrés de l’Hôtel d’Evreux place Vendôme à Paris ce lundi. Une collection placée sous l’égide de la célèbre citation de Susan Sontag: «Le plus beau chez une femme féminine, c’est un peu de masculinité».

La dentelle, matière fétiche

Le couturier a présenté vingt-quatre looks. Presque tous les modèles comportaient de la dentelle. «J’avais envie de travailler le contraste entre la touche féminine et la touche masculine, d’aller vers l’over sensualité, de montrer le corps féminin… avec ce petit déraillement masculin qui est le langage de mon travail depuis le début», commente Alexis Mabille.

Mélange des genres

Le couturier a ainsi imaginé des robes smoking, de longues robes chemises, un smoking boléro associé à un short taille haute… Les femmes d’Alexis Mabille revêtent ainsi des robes longues inspirées du vestiaire masculin. La taille est marquée, le décolleté souvent pigeonnant, les matières lorsqu’elles ne se superposent pas laissent entrapercevoir la peau dans un habile jeu de transparence.

«Tout ce travail de matières et d’incrustations a nécessité de longues heures de travail. Certaines robes ont mobilisé plusieurs ouvrières pendant trois semaines. C’est là où je voulais aller en termes de détail, mais en ayant de la modernité et un porté décontracté», détaille le créateur.

Une féminité exacerbée

Alexis Mabille a utilisé sa palette de couleurs habituelle faite de noir, de blanc, de bleu nuit et de violet qui ont croisé le rouge, le bordeaux et le blanc cassé. Au final, Alexis Mabille livre une collection très couture, élégante, qui exacerbe la féminité.