Tony Parker: «J’ai toujours aimé la mode»

MODE Le basketteur français a créé sa griffe Wap Two en 2013. Cette année, il est devenu l’égérie de La Halle. Rencontre avec un vrai passionné de mode...

Propos recueillis par Anne Demoulin

— 

Tony Parker est l'égérie masculine de La Halle.
Tony Parker est l'égérie masculine de La Halle. — La Halle

Tony Parker, auréolé d’un quatrième titre NBA avec les San Antonio Spurs cette saison, a lancé en 2013 une marque de vêtements, Wap Two. Depuis quelque temps, La Halle est dans son camp. De passage à Paris, le champion français a parlé de sa passion pour la mode à 20 Minutes.

Pourquoi passer du terrain de basket à celui de la mode?

J’ai toujours aimé la mode. Ma mère est mannequin donc j’ai toujours baigné là-dedans. Je voulais créer une source de revenus pérenne pour ma fondation, pour aider encore plus les jeunes. J’ai pensé aussi à préparer mon avenir car je ne vais pas jouer éternellement! Alors, j’ai décidé de racheter l’Asvel et de lancer ma marque pour aider ma fondation.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’enfiler le maillot d’égérie de La Halle?

Je me suis séparé de Nike car je voulais plus de liberté. Je voulais faire mon propre truc et Wap Two est née l’an dernier. La Halle est venue vers moi avec un fonds d’investissement et l’envie de tout révolutionner. J’ai constaté qu’ils voulaient faire les choses en grand. Pour moi, c’était une belle opportunité. Donc on a décidé d’intégrer Wap Two à La Halle et de créer une collection exclusive pour eux, et je suis devenu leur égérie masculine.

Wap Two est ouvert à une équipe de designers d’horizons très différents…

J’ai créé Wap Two pour ma fondation, mais aussi pour donner une chance à des designers. Je ne fais pas ça pour l’argent, je gagne assez avec mon club!

La tenue idéale de votre vestiaire?

La tenue que j’adore est casual. Un jean et une belle veste. Avec Wap too, on a commencé par des T-shirts. Avec La Halle, on est passé à la vitesse supérieure. On a une ligne pour les enfants, du cuir pour l’hiver, etc. Mais ça reste dans l’esprit que je voulais, à savoir une marque abordable.

Adversaire de taille sur le terrain, vos conseils pour habiller les grands?

2m15 ou moins? (Rires) Parce qu’il y a grand et grand! Un mec qui fait 2m15 est obligé de passer par le sur-mesure. Un mec de ma taille peut s’habiller chez Wap Two. Le conseil, c’est essayer plein de choses, c’est comme ça qu’on trouve son style…

La principale faute flagrante dans le look d’un homme?

Il n’existe pas de fautes flagrantes. Chacun a sa vision fashion. Chacun a son délire, sa vision du monde. Chacun a ses goûts et peut faire ce qu’il veut.

Quels sont vos créateurs piliers?

Vous allez me fâcher avec des gens (rires). J’aime beaucoup Alexander McQueen, qui nous a malheureusement quittés, j’aime sa vision de la mode. Je suis fan des têtes de morts et j’aime la façon dont il a travaillé ce motif. J’apprécie ses vestes en cuir aussi. J’aime aussi Bottega et Burberry pour son style simple et classique.

Selon vous, les Bleus ont-ils la carrure pour enfiler le costume de champion du monde?

Bien sûr. Dans le sport, tout est possible. Ce qui fait la beauté du sport, c’est qu’il réserve toujours des surprises. Ce Mondial en a réservé beaucoup avec l’Espagne, l’Angleterre et l’Italie qui perdent au premier tour. La France a toutes ses chances. Et même si elle joue contre sa bête noire de la Coupe du monde, l’Allemagne, j’espère que la roue va tourner. En tout cas, ça promet un gros match!