VIDEO. J’ai testé le Booty Chic ou comment bouger son postérieur comme Rihanna

BIEN-ETRE Doris Arnold, championne de France 2013 de Pole Dance, a créé une nouvelle discipline pour faire du renforcement musculaire et s'assouplir tout en étant sexy...

Anne Demoulin

— 

Doris Arnold dispense un cours de Booty Chic à L'Usine Opéra à Paris.
Doris Arnold dispense un cours de Booty Chic à L'Usine Opéra à Paris. — L'Usine Opéra/AGhnassia-Vision

«Shake shake shake, Shake your booty!», comme le chantait KC&The Sunshine Band, de façon sexy et élégante, n’est pas inné. Le Booty Chic, nouveau cours créé et dispensé par Doris Arnold, championne de France 2013 de Pole Dance, en exclusivité à L’Usine Opéra, nous a appris qu’on ne s’improvise pas Rihanna, mais que l’on peut rapidement apprendre à le devenir, tout en s’amusant.

Renforcement musculaire et souplesse

«Le Booty Chic est un cours qui renforce et assouplit en faisant des mouvements sexy», résume Doris Arnold. Il s’inspire des déhanchements de la pole dance, des danses africaines, du hip-hop, du twerking et du fitness.

«Les mouvements de bassins des stripteaseuses sont très physiques. Associés à du fitness, ils permettent de travailler le bassin, les fesses, la sangle abdominale, les jambes et le dos», poursuit Doris Arnold.

Gainer la ceinture abdominale

Place à l’échauffement sur les grands hits du hip-hop et du R’N’B. Première étape, travailler sa posture: « Il faut cambrer le dos en montant le nombril au dessous des côtes afin de gainer la ceinture abdominale.» L’échauffement consiste à travailler la mobilité dorsale en alternant dos rond et dos cambré.

Déhancher son popotin

Suit une série d’exercices pour travailler son Booty Shake ou apprendre à déhancher son popotin de façon sexy, tonique et élégante. «Les élèves découvrent de nouvelles sensations parce que ce sont des isolations de muscles que l’on ne pratique pas dans la vie quotidienne», explique Doris Arnold.

A quatre pattes, le popotin cambré, en essayant de faire bouger tantôt sa fesse droite, tantôt sa fesse gauche, on se surprend tout d’un coup à vouer une certaine admiration pour Miley Cyrus et sa performance aux MTV Video Music Awards.

Le stretching sexy

«Au fur et à mesure, on arrive à trouver le mouvement juste», rassure Doris Arnold. Remuer ses fesses en travaillant ses adducteurs, remuer son popotin en faisant des abdominaux se révèle inhabituel et fun. On s’excuse mutuellement d’agiter son postérieur devant sa voisine. Les rires fusent, les quarante-cinq minutes de cours passent très vite. Et les fessiers ont été bien sollicités.

Le cours s’achève par du «stretching sexy». Et l’on pratique le «striper push up». Là, on comprend pourquoi Demy Moore, l’héroine de Striptease a toujours un corps de rêve à cinquante ans passés. «Au bout de 4 à 6 cours, les élèves ont un rendu visuel intéressant.  Si on joue le jeu, dès les premiers cours, on arrive à faire un effet bluff en jouant avec sa chevelure, son regard et sa posture», estime Doris Arnold.

Tout est dans l’attitude.  «Ce cours redonne confiance aux femmes car il leur apprend à prendre du plaisir à bouger son corps, quelque soit sa morphologie et ça, ça rend les femmes belles et sexy », conclut Doris Arnold.