Comme Madonna, laissez pousser, la mode est aux poils!

BEAUTE Après Cameron Diaz, Kate Moss, Lady Gaga ou Julia Roberts, Madonna milite à sa façon pour le retour de la toison...

Anne Demoulin

— 

Une vitrine American Apparel à New York en janvier 2014.
Une vitrine American Apparel à New York en janvier 2014. — RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

En 1985, dans Recherche Susan desespérement, Madonna avait la classe nécessaire pour se sécher les aisselles, alors imberbes, à coup de sèche-mains dans les toilettes publiques. Presque trente ans plus tard, Madonna poste ce jeudi sur son compte Instagram une photo où elle affiche des aisselles velues avec de la légende suivante «Longs poils… Je m’en moque!!!». Même si en observant attentivement la photo, nos yeux d’expertes doutent de l’authenticité de ce pelage, visiblement faux, Madonna, milite à sa façon, pour le retour de la toison. Et elle n’est pas la seule…

Dans son premier livre, The Body Book, sorti début janvier aux Etats-Unis, Cameron Diaz s’oppose à l’épilation pubienne. «Soyons honnêtes: comme toutes les autres parties de votre corps, les grandes lèvres ne sont pas immunisées contre le phénomène de gravité, continue l’actrice. […] L’idée que le sexe féminin est plus joli entièrement rasé est très récente. Toutes les modes passent. Ce duvet préserve votre intimité et intriguera votre amant. Dans 20 ans, vous présenterez toujours votre pubis à votre homme comme un cadeau à déballer. Les poils ajoutent du mystère», écrit l’actrice.

La «vibe seventies»

Au même moment, la marque de prêt-à-porter American Apparel créait la surprise mi-janvier en exposant dans la vitrine d’une de ses enseignes new-yorkaises, des mannequins en plastique arborant une touffe généreuse. Lady Gaga, elle, pose en une du magazine Candy en ayant vraisemblablement zappé la case épilation. En avril dernier, Gwyneth Paltrow évoquait dans le show d’Ellen DeGeneres la «vibe Seventies» de sa toison. En janvier, Kate Moss est apparue pubis non épilé dans Playboy.

Adieu rasoir

Et l’on pourrait multiplier les exemples. Selon une récente étude britannique, menée par la pharmacie en ligne britannique UK Medix, en Grande-Bretagne, 51 % des femmes ne s’épilent plus le pubis. 62 % des sondées ont, en effet, confié qu’elle faisait la grève de l’épilation pubienne pour faire plaisir à leur partenaire. Au placard donc les épilateurs et autres rasoirs.