Une solution, faites la vélorution!

ACTIVISME Le mouvement qui promeut le vélo comme un moyen de transport est en plein essor...

Anne Demoulin

— 

Une vélorution à Bordeaux en 2012.
Une vélorution à Bordeaux en 2012. — S. Ortola/20 Minutes

Contre la dictature des voitures, une seule solution, la «vélorution», contraction de «vélo» et de «révolution». Un mouvement en plein essor, né dans les années 1970, dont l’objectif principal est la promotion de l’usage du vélo comme moyen de transport. Amis piétons et automobilistes, voici le cahier de doléance des «vélorutionnaires»!

Un vrai moyen de transport

Les «vélorutionnaires» ont un objectif commun: «Faire que le vélo soit enfin considéré comme un moyen de locomotion sérieux, il a le meilleur ration en termes d’efficacité énergétique», explique d’emblée Amélie Dumoulin, membre de l’association Vélorution. «Enfourcher son vélo est un acte politique, mais pas forcément politisé», poursuit-elle.

Les vélorutionnaires sont par essence sensibles aux questions écologiques et de l’aménagement de l’espace public. Des préoccupations et un mode opératoire proches de ceux des altermondialistes. Vélorution participe au Comité Vélo de la Ville de Paris,  «un comité sans les associations automobilistes», déplore Amélie Dumoulin.

Le vélo n'est pas considéré par l'entreprise

«Les deux principaux freins à l’usage du vélo comme moyen de transport quotidien sont la crainte de la circulation et la peur du vol», note Amélie Dumoulin. La mise en place du Vélib’et l’aménagement de pistes cyclables ne sont pas suffisants. «Il faudrait réduite la vitesse des voitures en ville», estime-t-elle.

L’entreprise doit également favoriser l’usage du vélo: «En mettant à disposition des salariés des locaux pour sécuriser les vélo, des douches, etc.» Souvent, si les sociétés remboursent tout ou une partie des frais kilométriques ou de transport en commun des salariés, rien n’est prévu pour le cycliste qui engage pourtant des frais pour l’entretien de sa monture. Les infrastructures cyclables sont quant à elle bien souvent inadaptées aux réels besoins des cyclistes.

La rue est à nous

Les moyens d’action de ces vélorutionnaires? La sensibilisation. Pour ce faire, les vélorutionnaires «prennent la route», explique Tanguy von Stebut, membre de Vélorution et de Cyclofficine. Une fois par mois, dans de nombreuses villes de France, sont organisées des manifestations à vélo, appelées «Masses critiques», une fois par an, la manif est nationale. «Nous roulons sur la route en cortège autogéré et sécurisé. Souvent les vélos sont bariolés, certains ont des slogans, d’autres viennent juste pour rouler», résume Amélie Dumoulin. 

L'heureux cyclage

Outre les masses critiques, ces associations organisent chaque semaine des ateliers vélorutionnaires. Ces ateliers récupèrent de vieux vélos abandonnés, dans les déchetteries ou chez les particuliers. Ces ateliers permettent notamment de s’équiper à moindre coût et d’apprendre à retaper une bicyclette afin de devenir «vélotonome». Ateliers à Paris et en province.