Mort du couturier français Jean-Louis Scherrer: «Un créateur virtuose et passionné»

DECES Le couturier, qui était passé chez Christian Dior et Yves Saint Laurent, était âgé de 78 ans...

A.G. et A.D. avec AFP

— 

Le couturier français Jean-Louis Scherrer au festival du film de Deauville en 2009.
Le couturier français Jean-Louis Scherrer au festival du film de Deauville en 2009. — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Le couturier français Jean-Louis Scherrer s’est éteint ce jeudi matin à l’âge de 78 ans, a indiqué un de ses proches à l’AFP, confirmant une information du Point.fr. Le styliste a succombé à une longue maladie.

Jean-Louis Scherrer se destinait initialement à une carrière de danseur, une chute en décidera autrement. Diplômé de la la Chambre syndicale de la couture parisienne, il entre chez en 1956 chez Christian Dior, comme dessinateur pour l’atelier tailleur. Après le décès de ce dernier, il a travaillé chez Yves Saint Laurent,  puis chez Louis Féraud .

De la cave à l'avenue Montaigne

Il crée sa griffe en 1962. Sa maison de couture se situait alors au 182, rue du Faubourg Saint-Honoré. Il présente sa première collection dans une cave à vins: des robes de cocktails fauves, à pois ou fleuris.

En 1971, il a reçu l'appellation «haute couture» et a ouvert sa boutique avenue Montaigne, temple du chic parisien. La maison revendique un univers «où tout n'est que fluidité, souplesse et virtuosité… l'inspiration en plus».

Huit ans plus tard, le styliste s'est lancé dans la création de parfums,Jean-Louis Scherrer, suivi par Scherrer 2 en 1986 et Nuits Indiennes en 1994. En 1980, sa collection «Russe» lui a valu la récompense suprême dans la mode, le Dé d'or de la Haute Couture Parisienne.

«Mon oeuvre a-t-elle un sens?»

En 1992, il a revendu sa société au groupe Seibu. Le 30 novembre 1992, le voilà licencié. «J'ai 57 ans. Qu'ai-je fait de ma vie pendant trente ans? Mon oeuvre a-t-elle un sens?», s'interrogeait-il alors. La maison Scherrer a fermé définitivement ses portes en 2008.

Parmi les clientes les plus célèbres de Jean-Louis Scherrer:  Françoise Sagan, Sofia Loren, Anne-Aymone Giscard d'Estaing, Claudia Cardinale ou encore Jackie Kennedy. Le blazer Jean-Louis Scherrer et ses robes aux imprimés fauves, fleuris et à pois sont devenus des classiques, indémodables. Ainsi, tandis qu'en 1981, Isabelle Adjani est en  JLS pour recevoir son prix d'interprétation, Eillen Page choisit d'enfiler  une robe vintage du grand couturier pour la cérémonie des Oscars en 2008.

Décoré en 2009 de la légion d'honneur par Nicolas Sarkozy, aujourd'hui, Bertrand Delanoë, maire de Paris, le qualifie ce jeudi dans un communiqué, d'«amoureux du beau et un ambassadeur du style à la française». Bruno Bensoussan, président du groupe JSB International, qui détient la marque Jean-Louis Scherrer depuis août 2011, a salué «un créateur virtuose et passionné, emblématique de l’élégance
parisienne».


Pierre Bergé, sur Twitter, a également trouvé les mots justes pour lui rendre un dernier hommage.