« RSF, influente au-delà de la France »

— 

Christophe Deloire.
Christophe Deloire. — RSF

Christophe Deloire, 43 ans, a été nommé ce lundi directeur général de Reporters sans frontières (RSF). L'actuel directeur du Centre de formation des journalistes y prendra ses fonctions courant juillet.

Pourquoi avoir postulé

à la tête de l'organisation

non gouvernementale RSF ?
Je suis devenu journaliste avec l'idée d'utiliser au mieux la liberté d'informer. Ce que j'ai fait en télévision ou en presse écrite, en travaillant sur le contenu, de manière très éclectique. Ce n'est pas une liberté corporatiste. Elle ne concerne pas seulement les journalistes, mais tous les citoyens en France et sur la planète. Car la liberté d'information permet le progrès économique et social des sociétés.
Quelle image aviez-vous de RSF ?
Pendant une partie de ma carrière, je ne m'étais pas rendu compte que c'était une organisation internationale importante : dix bureaux à l'étranger, plus de mille adhérents en Allemagne… Certes, elle a été fondée en France, mais elle est respectée et influente, bien au-delà de nos frontières. C'est parfois un aspect qu'on ignore.
Comment envisagez-vous votre action à la tête de l'organisation ?
Il s'agira de soutenir les journalistes et citoyens qui défendent l'information, et, sous forme de plaidoirie, ceux emprisonnés… Mais aussi d'avoir la capacité de faire pression sur certains Etats, comme de porter des sujets dans le débat public. Il faudra par exemple continuer à débattre de la cyber-censure.

Recueilli par J. M.