France Inter condamnée pour le licenciement de Didier Porte

RADIO L'humoriste parle de 250.000 euros d'indemnités...

Anaëlle Grondin

— 

L'humoriste Didier Porte devant la maison de Radio France le 1 er juillet 2010. Il proteste contre son éviction de France Inter ainsi que celle de son confrère, Stéphane Guillon.
L'humoriste Didier Porte devant la maison de Radio France le 1 er juillet 2010. Il proteste contre son éviction de France Inter ainsi que celle de son confrère, Stéphane Guillon. — HALEY/SIPA

Mise à jour (19h50): La direction de Radio France vient de réagir dans un communiqué. Elle «constate que le tribunal n’a pas suivi le plaignant sur le montant des sommes réclamées, tant s’en faut. Elle constate également qu’elle a été lavée de toute accusation de discrimination.» Radio France précise qu'elle «se pourvoira en appel et envisage un recours pour contester le montant des dommages et intérêts, estimés sans rapport avec les justificatifs de préjudice communiqués par le plaignant».

Il y en a un qui jubile sur Twitter. C’est Didier Porte. L’humoriste connu pour ses chroniques engagées, licencié par France Inter quelques semaines après son confrère Stéphane Guillon en juin 2010, a annoncé sur Twitter ce mercredi matin que les prud’hommes de Paris ont condamné la radio publique à 250.000 euros d’indemnités pour l’avoir mis à la porte:

 

 

L’humoriste précise quelques tweets plus tard que son message est  très sérieux. Contactée par 20 Minutes, Véronique Brachet, directrice des relations presse de Radio France, a confirmé que «le jugement a été rendu ce [mercredi] matin par les prud’hommes», mais elle explique que la radio «ne l’a pas encore reçu».  «On n’a pas encore le texte, on n’a pas pu l’examiner pour en connaître le contenu. On ne peut donc pas faire de commentaire», nous a-t-elle répondu.

Le 23 juin 2010, Didier Porte avait annoncé son licenciement de France Inter en direct du «Fou du roi». «Quant à ma retraite à moi, je vais la prendre de manière anticipée, et surtout forcée...», avait-il lâché. Le même jour, l’humoriste, convaincu de la nature politique de son éviction, confiait à 20 Minutes: «J’ai reçu un avertissement pour la fameuse chronique de ‘J’encule Sarkozy’, un avertissement réglementaire avec accusé de réception. Mais je ne comprends pas mon licenciement. Normalement, on ne licencie pas après un unique avertissement.» 

Depuis son éviction de France Inter, Didier Porte a rejoint la radio privée RTL. Il tient une chronique hebdomadaire dans l’émission «A la bonne heure» de Stéphane Bern.