France 5 expérimente la télé connectée en direct avec «C dans l'air»

MÉDIAS 'est une première européenne…

Annabelle Laurent

— 

Depuis 2001, Yves Calvi anime «C dans l’air» sur France 5. 

 
Depuis 2001, Yves Calvi anime «C dans l’air» sur France 5.    — BENAROCH/SIPA

Les fans de «C dans l’air» vont devenir les premiers «téléspectateurs actifs» du PAF. A partir de mardi prochain, ceux dont les téléviseurs obéissent à la norme HbbTV -le nouveau standard technique européen permettant l’interactivité- pourront intervenir dans les débats de l’émission quotidienne animée par Yves Calvi.

Par un simple bouton sur leur télécommande, ils accéderont à une interface qui leur fournira du contenu annexe – en l’occurrence, des fiches techniques sur les débats en cours et des biographies des intervenants- et leur permettra de s’inviter dans le débat en postant commentaires et questions en direct.

 France Télévisions, qui planche depuis des mois sur la télévision connectée, n’a pas choisi «C dans l’air» par hasard. Sur une tranche horaire très convoitée(17h45 et 22H25), l’émission d’Yves Calvi rassemble chaque jour entre 2 et 2,5 millions de téléspectateurs, soit entre 11 et 14 % de part d’audience. «C’est la marque la plus forte de la chaîne et donc l’émission idéale pour tenter «l’expérimentation» télévision connectée», affirme Bruno Patino, directeur de France 5 et directeur général du numérique du groupe France Télévisions, au Figaro. L’expérimentation devrait rapidement faire des petits: Bruno Patino annonce «une dizaine de prototypes comparables concernant des émissions ou des événements comme Roland-Garros».

 20 % des téléviseurs vendus sont connectables

 Pour interpeller les intervenants reçus par Yves Calvi, encore faudra-t-il disposer d’un téléviseur connectable. D’après les derniers chiffres du Syndicat des téléviseurs publiés en février 2012, en 2011 20 % des téléviseurs vendus étaient connectables, et sur ces 20 %, seul un tiers était connecté fin 2011, soit environ 60.000 écrans. Le Syndicat des téléviseurs compte cependant sur une progression. Selon lui 40 % des TV vendues en 2012 devraient être connectables, et il faut s’attendre à «une progression rapide» du taux de terminaux réellement connectés.