Affaire Bettencourt: Un ancien journaliste de Mediapart mis en examen

JUSTICE La justice lui reproche d'avoir diffusé les enregistrements clandestins réalisés chez la milliardaire...

20minutes.fr avec Reuters

— 

Les journalistes du «Monde», Fabrice Lhomme (à gauche), et de Mediapart, Fabrice Arfi (à droite), le 4 octobre 2010, à Paris.
Les journalistes du «Monde», Fabrice Lhomme (à gauche), et de Mediapart, Fabrice Arfi (à droite), le 4 octobre 2010, à Paris. — B.LANGLOIS / AFP

Fabrice Lhomme, ancien journaliste du site d'informations Mediapart, a été mis en examen jeudi à Bordeaux pour «recel d'atteinte à l'intimité de la vie privée» après la publication en 2010 d'enregistrements clandestins de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, a annoncé le reporter.

«J'assume»

«J'assume et je revendique la publication des enregistrements et je n'ai aucun regret sur les extraits choisis. De manière générale je suis d'accord pour dire qu'il faut protéger l'intimité de la vie privée, mais il peut y avoir des exceptions comme dans cette affaire, en raison de la gravité des faits révélés», a dit à Reuters Fabrice Lhomme.

Edwy Plenel et Fabrice Arfi, directeur et journaliste de Mediapart, étaient convoqués pour subir le même sort en fin de journée. La semaine dernière le rédacteur en chef du Point, Hervé Gattegno, et son directeur, Franz-Olivier Giesbert, ont été mis en examen pour les mêmes faits.

>> Tous nos articles sur l'affaire Bettencourt sont à retrouver par ici

Il est reproché aux trois journalistes d'avoir «conservé, porté, ou laissé porter à la connaissance du public ou d'un tiers» l'enregistrement de «paroles prononcées à titre privé ou confidentiel», avait indiqué le mois dernier une source judiciaire à l'AFP.

Ces enregistrements avaient été effectués entre mai 2009 et mai 2010 au domicile de la milliardaire par son maître d'hôtel. Ils avaient ensuite été transmis à la police par François Bettencourt-Meyers, la fille de Liliane Bettencourt, afin de prouver que cette dernière était victime d'abus de faiblesse de la part de ses proches.

Sur Twitter, Fabrice Arfi ironisait ce jeudi matin: