Une télé sachant tweeter

RESEAUX SOCIAUX Les règles pour amplifier une émission sur Internet...

— 

Le télécrochet « American Idol » compte 8,5 millions de fan sur Facebook.
Le télécrochet « American Idol » compte 8,5 millions de fan sur Facebook. — 20 MINUTES

Facebook et Twitter, espaces de rêve pour commenter les émissions télé? Oui et non. D'abord parce que seuls 29% des programmes ont une page officielle. Et quand il s'agit de posséder un compte sur Twitter, le chiffre tombe à 15%. Ces quelques extraits de la nouvelle étude de l'agence de veille médiatique, The Wit, ont été présentés mardi à Cannes, dans le cadre du MIPTV (marché international des programmes télévisés).

Malgré des chiffres encore faibles, «on constate de forts impacts», estime Virginia Mouseler, cofondatrice de l'agence. «Cela fait longtemps que nous proposons des études sur la télévision, et on s'est aperçu que l'audience n'était plus un critère suffisant. Par exemple pour des annonceurs, il est intéressant de savoir quels programmes font le buzz, c'est clairement une valeur ajoutée.» Alors, qui fait le buzz et pourquoi?

« Bref », vice-champion du monde de Facebook

«An outstanding breakthrough for Bref!». Oui, cocorico, mardi au Palais des Festivals, le programme de Canal+ a été qualifié de «percée extraordinaire». Ses 2,2 millions de fans en font la deuxième nouvelle émission la plus commentée au monde. La première, c'est «Berlin Tag & Nacht» (Berlin, jour & nuit), docu-réalité allemand sur les jeunes Berlinois.

Le secret pour un tel résultat? Virginia Mouseler a édicté trois règles. Etre drôle. C'est ainsi que le «SAV des émissions» a acquis sa renommée sur Facebook. Savoir faire du «soap». Comprendre avoir un aspect feuilletonnant. A ce petit jeu-là, le docu réalité allemand est très fort, puisqu'on suit ses héros jour et nuit. Et enfin, être participatif. Ce qui explique le succès sur Facebook des émissions de téléréalité, qui requièrent la participation du public («American Idol» compte par exemple 8,5 millions de fans).

A noter que les critères sont très différents pour Twitter. Sur Facebook, 75% des programmes commentés sont des fictions. Sur Twitter, 78% relèvent, au contraire, de la catégorie non-fiction. Sur Twitter, «on est là pour le live, note Virginia Mouseler, sur Facebook, les commentaires se font plus sur le long terme, donc il faut un programme qui perdure».

Chapeau, les Mexicains! Au petit jeu des réseaux sociaux, selon The Wit, les Allemands sont particulièrement kaputt sur Twitter (2% de programmes présents). Les Mexicains peuvent en revanche attraper un bon sombrero d'honneur: pas moins de 85% de leurs émissions sont présentes sur le site Twitter.