Carla Bruni-Sarkozy en colère contre les médias

POLÉMIQUE a Première dame n'a pas aimé que des photos de son bébé, prises par des paparazzis, se retrouvent dans la presse...

Anaëlle Grondin
— 
Carla Bruni dans l'émission «C à vous» de France 5, le 8 mars 2012.
Carla Bruni dans l'émission «C à vous» de France 5, le 8 mars 2012. — SIPA

La femme de Nicolas Sarkozy fait la Une de la prochaine édition de Paris Match… avec leur fille Giulia de moins de cinq mois dans les bras, au sortir d’un rendez-vous chez le pédiatre, selon la légende. Les yeux du bébé ont été floutés. Mais cette couverture a quand même provoqué la colère de Carla Bruni-Sarkozy. La première dame de France a publié sur son site officiel «un mot à l’adresse des médias» dans lequel elle demande à la presse de «respecter la droit à la vie privée» de ses enfants. L’auteure-compositrice-interprète est également maman d’un garçon d’une dizaine d’années.

«Je n’accepterai jamais que le droit de mes enfants à vivre dans l’anonymat soit bafoué»

«Certains médias ont jugé bon de publier des photographies prises à mon insu par des paparazzis. Ceci est habituel. Mais dans le cas présent, quelques clichés laissent entrevoir le visage de ma fille. Je tiens à préciser que ceci a été réalisé sans aucune forme de consentement de ma part, a écrit Carla Bruni. Je déplore toute utilisation faite de l’image de mes enfants ainsi que toute communication d’informations concernant leur intimité.» Avant d’ajouter: «Au nom de la liberté de la presse, j’ai toujours accepté, sans broncher la publication de photographies volées ou d’informations, même erronées, concernant ma vie privée, mais je ne peux accepter et je n’accepterai jamais que le droit de mes enfants à vivre libres et dans l’anonymat soit bafoué, quels que soient les enjeux, période électorale ou pas.»  

La photographie que Paris Match a utilisé pour sa Une fait partie d’une série de clichés pris par plusieurs paparazzis, que des sites Internet belges ont également mis en ligne. En revanche, eux n’ont pas flouté les images, qui ont fini par être retirées.