«A votre écoute, coûte que coûte», l'émission qui choque... au début

MEDIAS Cet ovni radiophonique, diffusé tous les jours de la semaine sur France Inter depuis mi-janvier, scandalise régulièrement les auditeurs, qui ignorent souvent la première fois qu'il s'agit d'une parodie d'émission médicale. «20 Minutes» vous dit tout sur ce programme politiquement incorrect...

Anaëlle Grondin

— 

L'entrée des studios de France Inter.
L'entrée des studios de France Inter. — JEAN AYISSI / AFP

«A votre écoute, coûte que coûte», c’est quoi?

Il s’agit d’une émission quotidienne de sept minutes diffusée sur France Inter depuis le 16 janvier dernier, à 12h23, juste après «Les Affranchis». Elle est présentée comme une émission de libre antenne sur la santé. Un couple de spécialistes, Margarete de Beaulieu, psychothérapeute, et son mari Philippe de Beaulieu, médecin, répondent «aux interrogations, aux attentes et aux doutes des  auditeurs». Un numéro est mis à leur disposition, afin qu’ils puissent poser leur question sur un répondeur (01 56 40 23 95).

Pourquoi l’émission fait parler d’elle depuis son lancement?

Parce qu’il s’agit d’un subtil canular. En réalité, c’est une parodie d’émission de libre antenne sur la santé. Margarete et Philippe sont en fait deux acteurs, qui répondent à de faux auditeurs, en débitant les pires clichés sexistes, racistes et réactionnaires, sur un ton toujours condescendant et moqueur (un exemple ici). Sauf que rien n’indique, à la radio, ce caractère humoristique et parodique, que ce soit au début ou à la fin de l’émission. Il faut écouter plusieurs minutes voire plusieurs émissions pour s’en rendre compte. Le malaise est inévitable les premières secondes.

Qui sont les deux acteurs qui «jouent» Margarete et Philippe? 

Les Inrockuptibles croient avoir reconnu les voix des deux présentateurs: elles appartiendraient aux comédiens Zabou Breitman et Laurent Laffite. Contactée par 20 Minutes, France Inter refuse toutefois de confirmer ou non cette information, «pour préserver le mystère». 

Qu’en disent les auditeurs?

A la première écoute, beaucoup de personnes ont été choquées par les propos des deux «spécialistes», Margarete et Philippe, ne sachant pas qu’il s’agissait en réalité d’une émission humoristique. Surtout que France Inter a mis sur son site Internet deux fausses biographies. «Philippe de Beaulieu est né le 23 avril 1968 à Bordeaux. Après de brillantes études, il devient médecin généraliste mais manque de peu sa spécialisation en chirurgie à la faculté de médecine de Rennes», peut-on lire pour le mari. «Margarete de Beaulieu, née Margarete Von Faulkenhausen le 12 mars 1964 à Buenos Aires. Après des études au lycée français Jean Mermoz de Buenos Aires, elle vient en France à Rennes dans la ville de sa mère», est-il écrit sur la soi-disant psychothérapeute. Les réactions se font nombreuses sur Internet depuis la mi-janvier. «La première fois je n'ai pas ri du tout. J'avais envie de secouer les deux animateurs fortement pour qu'ils se réveillent. Ensuite j'ai appris qu'il s'agissait d'une blague», commente Hélène sur la page officielle de l’émission. Une fois que les auditeurs ont compris qu’il s’agissait d’une parodie, les avis sont mitigés. Certains adorent le concept, trouvant le programme désopilant. D’autres ne comprennent pas son intérêt. «Même au second ou troisième degré, ce n'est pas drôle et cela peut être dangereux pour ceux qui peuvent prendre ces propos au 1er degré. Cette émission n'est pas digne de France Inter, reprenant des lieux communs et à la limite de la vulgarité», s’indigne un auditeur. 

Beaucoup d’auditeurs sont-ils tombés dans le panneau?

Oui, au vu des réactions sur la Toile. Et il y en a qui sont mêmes allés jusqu’à porter plainte. Le 13 février, un médecin d’Etampes (Essonne) a adressé une plainte au procureur de Paris contre l’émission, accusant le canular radiophonique d’«exercice illégal de la médecine et mise en danger de la vie d’autrui». En cause, un conseil suggérant à l’auditeur d’étendre «une couche épaisse de crème à la cortisone sur un herpès labial». Selon le médecin plaignant, cela risquait «de faire flamber la lésion». Il ne savait pas que l’émission était une parodie. Richard Prasquier, le président du Crif, s’est également fait avoir par l’émission humoristique. Cette semaine, il s’est fendu d’une lettre au Conseil supérieur de l’audiovisuel pour dénoncer des propos supposés antisémites tenus dans «A votre écoute, coûte que coûte». «J’ai cru comprendre qu’il s’agissait en réalité d’une émission humoristique, à prendre au deuxième degré. Ne le sachant pas, et écoutant cette émission, je suis tombé dans le piège et je n’ai certainement pas été le seul», s’est inquiété Richard Prasquier. Pour lui, «cette émission est extrêmement dangereuse et risque d’alimenter les préjugés qu’elle envisage peut-être de combattre». 

Que répond France Inter?

La radio, qui reçoit énormément de commentaires de la part de ses auditeurs, se défend: «Au bout de quelques minutes on se rend compte que c’est quand même une blague». «Notre but c’est de faire quelque chose de décalé, on se moque de tout le monde», explique France Inter à 20Minutes, sans toutefois en dire trop. Parce que sans ce flou artistique savamment entretenu, il n’y aurait pas autant de «buzz». «Les gens ont besoin de ça, c’est une respiration dans la journée», nous assure-t-on.   

>> Et vous, avez-vous déjà écouté l’émission? Qu’en pensez-vous? Quelle a été votre première réaction quand vous avez découvert le programme? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.