Le Tribunal de commerce de Paris a annoncé lundi la reprise du quotidien La Tribune par le tandem France Economie Régions (FER) et Hi-Media, qui propose de garder 50 des 165 salariés, dont 31 journalistes, avec une déclinaison hebdomadaire du journal.
Le Tribunal de commerce de Paris a annoncé lundi la reprise du quotidien La Tribune par le tandem France Economie Régions (FER) et Hi-Media, qui propose de garder 50 des 165 salariés, dont 31 journalistes, avec une déclinaison hebdomadaire du journal. — Alexander Klein afp.com

Médias

La Tribune reprise par FER-Hi-Media, qui prévoit de garder 50 salariés

Le tribunal de commerce de Paris a annoncé ce lundi la reprise du quotidien La Tribune par le tandem France Economie Régions (FER) et Hi-Media, qui propose de garder 50 des 165 salariés, dont 31 journalistes, avec une déclinaison hebdomadaire papier du journal. La seconde offre, celle de La Financière patrimoniale d'investissements (LFPI), prévoyait la reprise de 40 salariés, dont 20 journalistes, et aussi la fin de la version papier du quotidien.

"Le plus dur est devant nous", a déclaré à l'AFP Jean-Chistophe Tortora, patron de FER et président du Groupe La Tribune à partir de mercredi. "La Tribune est un capital humain avec une rédaction très compétente", a-t-il ajouté. "C'est un nouveau départ. La Tribune.fr a 2 millions de visiteurs uniques qui sont fidèles. Nous visons les 3 millions en 2013", a-t-il ajouté. Le premier numéro hebdomadaire sortira le 6 avril.

Investir 7 millions d'euros

FER et Hi-Media entendent investir 7 millions d'euros dans La Tribune, qu'ils reprennent pour 150.000 euros. La Financière patrimoniale d'investissements prévoyait de débourser 1 million. Le quotidien, créé le 15 janvier 1985, tirait ce lundi son dernier numéro quotidien. Il a changé de mains à plusieurs reprises. L'entrepreneur de médias Alain Weill (BFM, RMC...) l'a repris à LVMH en 2008. Alain Weill a jeté l'éponge deux ans plus tard en cédant 80% du capital à sa directrice générale Valérie Decamp.

Faute de convaincre de nouveaux investisseurs, Mme Decamp avait demandé pour La Tribune la protection de la justice (procédure de sauvegarde), puis sa mise en redressement judiciaire en décembre dernier.