Anne Sinclair traitera l'info sans tabou

alice coffin

— 

Paul Arckerman, rédacteur en chef du Huffington Post dans la salle de rédaction.
Paul Arckerman, rédacteur en chef du Huffington Post dans la salle de rédaction. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Arianna Huffington aurait-elle peur ? Fondatrice en 2005 du site d'info The Huffington Post, désormais le plus vu aux Etats-Unis (36 millions de visiteurs uniques par mois), elle a lancé hier la version française du site en compagnie de sa directrice éditoriale Anne Sinclair. Quelques heures auparavant, elle écrivait sur Twitter : « Le nombre de pure players (sites d'info sans lien avec un support écrit) est plus élevé en France qu'ailleurs en Europe ». Des noms ? Slate, Rue89, Mediapart, Newsring, Owni, Atlantico... Eh oui, ça ne va pas être facile. Même si les partenaires – le groupe Le Monde et la holding des Nouvelles Editions indépentantes de Mathieu Pigasse – sont confiants et visent l'équilibre en 2014. Alors, sur quoi mise Le Huff' Post' pour faire la différence ?

Vie privée, vie publique
Il y a, d'abord, les éléments qui ont fait le succès de la version US (déclinée au Canada et en GB, bientôt en Italie et en Espagne). Soit, en plus des rubriques d'actu, des contributeurs, non rémunérés, connus ou anonymes. Ont déjà commencé à écrire, Rachida Dati, Julien Dray ou Nicolas Bedos. Il y a, surtout, la notoriété de la directrice éditoriale du site, voire son année mouvementée médiatisée et contestée qui expliquent en grande partie l'afflux de journalistes – plus de 200 – au lancement, hier. De fait, au-delà des questions sur le Le Huff' Post', Anne Sinclair s'est exprimée sur les risques de conflits d'intérêts en cas de rebondissements dans l'affaire du Sofitel, du Carlton ou d'autres liées à son mari ? « Je l'ai dit à toute mon équipe (huit journalistes), toute information importante sera traitée normalement, comme elle aurait été traitée ailleurs. Je ne mélange pas ma vie personnelle et ma vie publique. J'ai renoncé à “7 sur 7” quand mon mari avait des responsabilités publiques, aujourd'hui, cela ne vous a pas échappé, mon mari n'a pas de responsabilités publiques. »