Denis Olivennes, Europe 1: «Je ne change pas d'objectif»

RADIO Après une année 2011 chahutée, Europe 1 s'est redressée. Nouvelle grille, nouvelles têtes, et nouvelle progression. Denis Olivennes, PDG de la station, commente les résultats...

Propos recueillis par Anne Kerloc’h

— 

Denis Olivennes lors d'une conférence de presse d'Europe 1 le 29 août 2011
Denis Olivennes lors d'une conférence de presse d'Europe 1 le 29 août 2011 — DUPUY FLORENT/SIPA

Votre semaine ne commence pas trop mal avec ces résultats

Je reste prudent, c’est ma nature. Mais oui, les résultats valident ce que je pressentais, à savoir que la grille est bien née et que le cœur de cible, les 25/59 ans et les CSP+, est atteint. Nous avons la confirmation de notre analyse stratégique et de notre positionnement: une station sérieuse qui ne se prend pas au sérieux, une radio référente sur le fond, différente sur la forme, avec un ton décalé. Après, le combat continue.

Vous vous êtes fixé un objectif à 10% en trois ans. Vous n’avez pas envie d’accélérer un peu?

Non. Je fais mienne la maxime des analystes financiers «better than expected» (c’est mieux que prévu). Si nous atteignons cet objectif plus vite, tant mieux, mais je ne le change pas.

Un autre objectif intermédiaire alors pour la prochaine vague?

Non! Je veux un méga-objectif global, pas de micro-objectifs (rires).

A propos de publicité, dans le marché actuel, très difficile, elle se porte comment?

Pas trop mal. Même si le mois de janvier n’est pas extraordinaire. Comme souvent les mois de janvier.

Allez-vous adapter la grille dans les prochains mois afin de progresser encore?

Il n’y aura que des petites adaptations, du réglage en finesse. La radio est un média d’habitude, on ne va pas tout bouleverser alors que l’auditeur prend ses marques. Il faut de la stabilité et de la continuité dans l’effort. Pour moi, les petits réglages, c’est par exemple, faire intervenir Laurent Guimier dans la matinale pour un zapping politique («Tout est dit»). Cela manquait dans la tranche. Pour les mois à venir, nous porterons évidemment une attention particulière à la présidentielle mais surtout, nous continuerons de miser sur le mélange d’information et de divertissement, qui est notre estampille.

>> Lire notre article: «Audiences radio: RTL recule, NRJ et RMC en forte progression»