«L'Amour est dans le pré»: Des candidats au plus «pré» de la simplicité

MEDIAS Les nouveaux visages de l'émission de M6 se dévoilent ce lundi soir...

Alice Coffin

— 

Mais qui a dit qu'il fallait du trash pour faire de l'audience? Pierre, Bertrand et Jeanne sont tout gentils, tout mignons, doux comme des moutons, les leurs ou ceux d'un autre des quatorze célibataires de la saison 7 de « L'amour est dans le pré » (27,1 % de PDA pour le final en août).

«Les téléspectateurs ont développé une vraie acuité»

Bon, «gentil», «doux», «généreux», «enthousiaste», ce sont les commentaires de la voix off qui ponctuent les portraits des agriculteurs à la recherche de l'amour, présentés en deux soirées distinctes. Volontairement élogieux, le but étant que les courriers de téléspectatrices et téléspectateurs destinés aux participants affluent à la production. «Pour la première fois, note Karine Le Marchand qui anime l'émission, on a reçu des courriers avant même la diffusion! Certains portraits sont passés dans la presse, et on a reçu dès le week-end dernier des lettres telles que: «Je t'ai vu dans le journal, ton profil me plaît»!

Mais au-delà des louanges, une chose est sûre, Joseph et Rémi, 41 ans, premiers jumeaux à participer ensemble à l'émission, Philippe, 54 ans, viticulteur du Jura sont «psychologiquement tout à fait normaux», lance Karine Le Marchand. «L'amour est dans le pré» n'affectionne pas le cas social ou l'olibrius tête à claques. L'émission semble cette année avoir particulièrement privilégié la simplicité. «Les téléspectateurs ont développé une vraie acuité, reprend Karine Le Marchand. Ils savent quand on se moque d'eux. Le programme ne joue pas sur des ressorts qui me font vomir en faisant passer les gens pour des crétins. » Et l'animatrice mentionne que quelques petits malins tentent de passer le casting « pour placer leurs produits agricoles. Il arrive qu'on se fasse un peu mener par le bout du nez, mais le feeling permet de bien sélectionner. » Entre dans le pré, si tu as le cœur pur…