Prix du «Nouvel Economiste»: Margarita Louis-Dreyfus, Moody's et BHL récompensés

N. Bu. avec Y. M. sur place

— 

Margarita Louis-Dreyfus a été nommée mardi soir «capitaliste de l'année» dans le cadre des prix du Nouvel Economiste, remis au Conseil économique et social d'Ile-de-France. La femme d'affaires russe, qui a repris les rênes de l'empire de son défunt mari, Robert Louis-Dreyfus [elle est notamment l'actionnaire majoritaire du club de football de l'Olympique de Marseille], a annoncé à cette occasion la création de la fondation Louis-Dreyfus en France. Celle-ci sera tournée vers l'éducation des enfants et l'alimentation de la planète. 

Deux autres prix ont par ailleurs été remis lors de cette soirée. D'abord, celui du «Régulateur de l'année», remis... à l'agence de notation Moody's. «Il ne sert à rien de casser le thermomètre pour soigner le malade» a lancé, non sans humour, le patron du Nouvel Economiste, Henri Nijdam, en préambule à la remise de ce prix. Il a expliqué que Moody's était un outil précieux pour les investisseurs et un repère pour les marchés.

La surprise, c'est qu'un deuxième «Régulateur de l'année» a été recompensé en la personne de Bernard Henri Lévy. Le philosophe a lui été primé pour son action d'ingérence en Libye.

Enfin, le prix du «manager de l'année» a été décerné à Xavier Fontanet, président d'Essilor, groupe spécialisé dans les équipements d'optique, pour son aventure entrepreneuriale dans la mondialisation et sa philosophie de la confiance.