La presse se projette dans le futur et « 20 Minutes » rafle un trophée

— 

Une assemblée bien studieuse.
Une assemblée bien studieuse. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Pour certains, c'est une « révolution », pour d'autres « une mutation historique ». Dans tous les cas, la presse doit se réinventer pour faire face aux nouvelles habitudes de consommation des lecteurs. C'était le sujet du colloque organisé à Lyon dans le cadre des Victoires de la presse, qui ont distingué 20 Minutes (voir encadré). Selon Jim Roberts, directeur adjoint de la rédaction du New York Times, les médias sociaux comme Twitter font partie de cette évolution. Et d'oser : « Nous pouvons faire du journalisme de qualité avec seulement 147 caractères. » De l'information sous toutes ses formes, certes mais « à condition qu'elle soit payante », a insisté Lisa MacLeod, rédactrice en chef technique du Financial Times. « On a toujours fait payer le contenu de nos journaux en ligne depuis les années 1990. » De quoi donner envie à Yvon Mézou, directeur de la rédaction de 20 Minutes de « tordre le cou aux idées reçues concernant la gratuité ». « Depuis que la presse gratuite existe en France, huit millions de lecteurs sont apparus. On ne doit pas se battre contre le Web, mais travailler avec. Il ne s'agit pas d'une bataille des supports, mais des contenus ». à Lyon,

Caroline Girardon

agné ! C'est 20minutes.fr qui s'est vu décerner hier soir le trophée d'information Web. Ayons aussi un mot pour les autres lauréats Le Journal de Saône-et-Loire a été récompensé pour le scoop de l'année, étant le premier à avoir publié le rapport sur le Mediator. Le trophée de la liberté de la presse a été attribué au quotidien algérien El Watan.