« Pas de signature comme “debilos98” »

recueilli par Alice coffin

— 

Le journaliste Frédéric Taddeï.
Le journaliste Frédéric Taddeï. — J. MARS / JDD / SIPA

Frédéric Taddeï animera à 22 h 20, comme toutes les semaines, « Ce soir (ou jamais !) ». Depuis hier après-midi, son visage s'affiche aussi sur la page d'accueil de Newsring.fr. Un nouveau site d'info, ou plutôt, de débats. Les internautes sont invités à discuter de thèmes choisis par une rédaction dont Taddeï est le directeur éditorial.

Quel est votre rôle dans Newsring ?
Je suis Walt Disney ! Il ne dessinait pas il n'inventait pas les histoires, il ne faisait rien de particulier, mais on pouvait tout lui attribuer. En gros, je suis dans les associés de départ, je vais tous les mercredis à la réunion de rédaction et je donne la ligne éditoriale.
Et quelle est-elle ?
Du débat. Aujourd'hui les gens ont envie de débats. C'est ce qu'on attend d'Internet depuis que ça existe. Car dans la presse, à la télé, le débat est monopolisé par les plus en vue.

Les sites d'info ouvrent déjà leurs articles aux commentaires. Mais sont parfois obligés de les fermer

à cause des débordements !
Ce sont des échanges d'opinion, pas des débats. On se jette des anathèmes, on n'échange pas d'arguments. Sur les forums, c'est le café du commerce. C'est très amusant, mais il est temps de passer à autre chose.

Mais, encore, une fois, qu'est-ce qui vous garantit la qualité du débat ?
D'abord les contributeurs ne seront pas anonymes. Pas de signature comme « debilos98 ». Cela induit une autodiscipline de ne pas discuter entre avatars. Ils devront aussi titrer leur argumentation.

Pourquoi cet intérêt soudain

pour Internet ?
Pas du tout. J'ai été le premier à montrer Internet à la télévision, en 1995. Et je lis aussi tous les tweets postés pendant « Ce soir (ou jamais !) ».

Comment se passe l'émission depuis qu'elle est hebdomadaire ?
Elle n'est ni tout à fait la même ni tout à fait une autre. C'est toutes les semaines, mais c'est plus long deux heures donc plus foisonnant.