Le monde est encore plus petit que vous ne pensiez, selon une étude

Charlotte Pudlowski

— 

Mark Zuckerberg, patron de Facebook, le 21 mai 2010
Mark Zuckerberg, patron de Facebook, le 21 mai 2010 — Marcio Jose Sanchez/AP/SIPA

Si vous souhaitez que l’on vous présente Lady Gaga ou Nelson Mandela, c’est encore plus simple que vous ne le pensiez. Vous n’êtes plus éloigné d’eux par six personnes, comme on l’a cru des années 60 à aujourd’hui, mais seulement par 4,74 en moyenne.

C’est ce que montre une nouvelle étude, réalisée par des scientifiques de l’équipe de recherche Facebook, en partenariat avec l’Université de Milan. Alors que l’étude qui avait établi en 1967 les «six degrés de séparation» avait été réalisée sur un peu moins de 300 personnes, la nouvelle a été réalisée sur 721 millions de personnes –les utilisateurs de Facebook. Parmi les utilisateurs qui vivent aux Etats-Unis, où plus de la moitié des habitants sont inscrits sur le réseau social, la séparation n’est que de 4,37 personnes en moyenne.

Une étude implicite sur Facebook

Si l’étude prend en compte des utilisateurs sibériens ou africains, elle est néanmoins conditionnée par le panel de départ: des gens connectés, par définition s’inscrivant dans un réseau. En 2008, une étude réalisée par Microsoft avait trouvé 6.6 degrés de séparation.

Selon Matthew O. Jackson, un économiste de Stanford spécialiste des réseaux sociaux, cité par le New York Times, l’étude «est davantage la preuve que Facebook a formidablement réussi à connecter un grand nombre de gens de façon étroite», et ainsi réduit les degrés de séparation entre des inconnus.