Mathieu Kassovitz obtient la condamnation d'un blogueur du JDD pour injure publique

MEDIAS Lilian Massoulier avait affirmé que le ministre de la propagande d'Hitler, Joseph Goebbels, était le «maître à penser» de l'acteur et réalisateur, après ses propos controversés sur les attentats du 11 septembre 2001...

A.G.

— 

Mathieu Kassovitz lors du festival de Cannes 2008
Mathieu Kassovitz lors du festival de Cannes 2008 — REUTERS/ JP PELISSIER

L’affaire remonte au 15 septembre 2009, après la diffusion de l’émission culturelle  «Ce soir ou jamais» sur France 3. Mathieu Kassovitz, invité ce soir-là, avait émis des doutes sur la version officielle des attentats du 11 septembre 2001.

Les propos de l’acteur et réalisateur avaient immédiatement suscité la polémique.  Parmi les nombreuses réactions qui ont gagné la Toile, celle de Lilian Massoulier, directeur de librairie et blogueur du Journal du dimanche, n’a pas plu à Mathieu Kassovitz. Il est en effet l’auteur d’une note intitulée «Kassovitz redonne des couleurs à Goebbels», supprimée au bout d’une semaine selon Rue89, dans laquelle il avait comparé Mathieu Kassovitz à Joseph Goebbels, ministre de l’information et de la propagande d’Adolf Hitler. «Kassovitz l'a répété trois fois chez Taddei, citant son nouveau maître à penser, Joseph Goebbels: “Plus un mensonge est gros, plus il passe”», avait-il écrit après l’émission.

Le blogueur a dépassé «les limites autorisées de la liberté d’expression»

Une expression qui «revêt un caractère outrageant et dépasse les limites autorisées de la liberté d’expression» pour le tribunal correctionnel de Paris, qui a déclaré ce blogueur coupable d’injure publique envers Mathieu Kassovitz mardi, rapporte l’AFP.  Lilian Massoulier est ainsi condamné à une amende de 1.000 euros avec sursis, à verser un euro de dommages et intérêts à Mathieu Kassovitz, et à payer les frais de justice qui s’élèvent à 1.500 euros.

En revanche, Jean-Luc Hees, directeur de la publication de France Info, et Patrice Bertin, journaliste pour la station de radio qui avait qualifié Mathieu Kassovitz de «révisionniste», ont été relaxés. A l’instar de Marc Feuillée, directeur de la publication de lexpress.fr et du journaliste du site Renaud Revel, qui avait comparé le réalisateur à l’historien révisionniste Robert Faurisson.