Sophie Marceau: «J'ai un besoin énorme de nature»

TELEVISION Fin janvier Arte diffusera «La France Sauvage». Une série de documentaires animaliers dont Sophie Marceau assure la voix-off. Elle a répondu lundi aux questions des journalistes présents à la projection...

Propos recueillis par Alice Coffin
— 
Sophie Marceau à Paris en mars 2011.
Sophie Marceau à Paris en mars 2011. — Rex Features/REX/SIPA

Pourquoi Sophie Marceau pour commenter des images d’animaux? Frédéric Febvre, co-réalisateur de «La France Sauvage» évoque «la dimension patrimoniale du sujet» (cette série documentaire livre en plusieurs épisodes les secrets des terriers, falaises ou nids de dix régions françaises). Et question patrimoine, il estime que «Sophie incarne la France»! Qu’en pense-t-elle?

Vous êtes fan de documentaires animaliers?
Euh…  Je ne me lève pas toutes les nuits pour regarder Chasse et Pêche! Je ne suis pas spécialiste mais j’en vois beaucoup, c’est vrai. Là, le thème est original. Montrer que la nature est juste à côté de nous. Moi j’ai un besoin énorme de nature. Même si là j’ai plutôt passé mes journées en studio!

C’était une première pour vous?
J’avais déjà lu des histoires. Mais oui, c’était une première. Cela a duré onze jours. Bon, moi, je suis arrivée au moment où tout était déjà fait, comme d’habitude d’ailleurs! Mais c’était très intéressant pour une actrice d’apprendre à poser sa voix, de ne travailler qu’avec cet instrument. J’ai beaucoup aimé l’exercice.

Cela vous a appris des choses?
Cela n’a pas changé mon rapport à la nature. Cela m’a juste rappelé que je m’en étais trop coupée, trop éloignée à cause de mon travail. Je suis devenue trop citadine. Je veux y retourner. Enfant, je passais beaucoup de temps dans un petit jardin. Bon, c’était pas la savane, les singes, mais plutôt les escargots, un roitelet. Il ne se passe pas grand-chose, on s’ennuie un peu, on gratte la terre avec un bâton mais cela a nourri mon imaginaire. Mon rapport à l’intangible. La nature, c’est vital, fondamental. 

Vous voyez ce documentaire comme une œuvre engagée?
Cela devrait rendre les gens encore plus conscients qu’il faut faire attention, qu’il y a un équilibre à préserver. Il n’y pas un but politique mais l’idée de sauver l’environnement est intégré dans ce projet artistique. Pour réveiller les consciences, mais si les gens sont déjà de plus en plus conscient de cela.

Envisagez-vous de participer à un projet télé en tant qu’actrice et plus seulement de voix off?
Je trouve qu’il y a déjà assez d’images de moi comme cela. La télé c’est trop d’exposition, ça me fait peur. Mais je trouve aussi qu’il y a des choses très bien à la télé. La preuve cette série.