Laurent Baffie: «Oui, les handicapés ont envie de baiser»

HUMOUR L'ancien sniper de Thierry Ardisson revient sur son départ d'Europe 1, sa nouvelle émission sur Rires et Chansons et sa pièce de théâtre...

Propos recueillis par Alice Coffin

— 

Chaque dimanche de 11 heures à 12 heures
Chaque dimanche de 11 heures à 12 heures — ALEX MAHIEU

Laurent Baffie anime à partir de dimanche 11 h sur Rires et Chansons «C'est quoi ce bordel?», et sa pièce Les Bonobos est à l'affiche du Théâtre du Palais-Royal à Paris.

Vous étiez sur Europe 1 depuis quatre ans. Pourquoi ce départ?

La version officielle c'est qu'ils n'avaient plus de sous! Celle qui traîne dans les couloirs, c'est que Denis Olivennes [le PDG de la station] voulait placer des copines. Et puis, c'est une année électorale, donc année de l'omerta. Même si je ne traite pas de politique, je fais des vannes sur le sujet. Bref, je ne saurai jamais mais je ne suis pas procédurier!

Vous conservez le titre de l'émission, qu'est-ce qui change?

Ma partenaire, qui sera désormais Maryse Gildas. C'est marrant de prendre «Maryse d'Europe 1», j'espère que ça va le faire. Pour le reste, «C'est quoi ce bordel» est mon concept, je le garde tel quel.

D'autres projets en télé ou cinéma?

Oui. Mais comme je n'ai pas un nom très fédérateur, que je suis un électron libre, c'est compliqué. De toute façon, à la télé, je suis traqueur, dès qu'il y a la caméra, je stresse. Donc, je préfère la radio. Et le théâtre.

Ça tombe bien! Vous y êtes. Dans une pièce où il est question de baise, de putes…

Non. Il est question de la sexualité des handicapés. Je suis militant depuis très longtemps. Il se trouve que mes personnages ont une sexualité tarifée, et veulent trouver le moyen d'en sortir. C'est un sujet très tabou, mais, oui, les handicapés ont envie de baiser. J'avais envie d'en parler.

Vous jouez un muet…

Oui, alors que je me suis surtout fait connaître par la parole! Mais ça va, les gens ne me jettent pas des pierres. J'ai les rieurs de mon côté.