«Un dîner presque parfait»: Mitterrand concocte une recette de communication

TELEVISION Le ministre de la Culture est candidat d'«Un dîner presque parfait» sur M6 ce vendredi soir...

Alice Coffin

— 

Vendredi, Journée de la gastronomie, le ministre cuisinera et recevra.
Vendredi, Journée de la gastronomie, le ministre cuisinera et recevra. — J. KNAUB / M6

Jacques Chirac avait sa tête de veau, Frédéric Mitterrand aura sa «mousse Fredo». C'est l'un des plats que le ministre de la Culture et de la Communication va concocter à ses invités dans «Un dîner presque parfait». Car oui, ce vendredi, Frédéric Mitterrand sera un des candidats de l'émission de M6. Le ministre reçoit ce 23 septembre dans son ministère.

«Les courses, les interviews d'après-dîner, il s'est plié à toutes les séquences, explique la productrice Sylvia Drumont. On cherche toujours des nouvelles idées pour décliner le concept de l'émission et lui est aussi le ministre de la gastronomie, donc à l'occasion de la première Journée de la gastronomie, ça semblait parfait.» D'accord, mais, quand même un ministre dans une émission de divertissement…

L'amour est dans la cuisine

Surtout que la semaine dernière, c'était Bruno Le Maire, le ministre de l'agriculture qui accordait une interview au Parisien pour vanter les mérites de «L'amour est dans le pré». « Difficile de ne pas penser qu'il n'y a pas des consignes de communication derrière, estime Christian Delporte, auteur d'une Histoire de la séduction politique. C'est un phénomène très ancien, quand les élites politiques sentent une défiance de l'opinion, ils entreprennent des démarches de communication. Giscard avait participé en 1971 à “Un rire, un jour” où il racontait des anecdotes.»

Au Japon, le Premier ministre Koizumi, après avoir perdu 30 points dans les sondages, avait lui aussi été le héros d'une émission de cuisine. Tony Blair, en situation difficile, avait œuvré pour «You Say, You Pay» ou «Saturday Night Take Away». Un député travailliste britannique avait même joué les candidats dans «Big Brother».

Mais est-ce que ça marche? «Le risque, c'est que les gens soient scandalisés», estime Christian Delporte. Mais, souligne Silvia Drumont, «Frédéric Mitterrand n'est pas n'importe quel ministre, c'est déjà un homme de télévision». «C'est vrai qu'on imagine mal François Fillon à “Qui veut gagner des millions!”, poursuit Delporte. Ou François Baroin, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand dans du divertissement. L'écart serait trop grand. Mais pour Frédéric Mitterrand, il y a quand même un risque que cela soit mal compris, même s'il n'est pas énorme.»

>> Que pensez-vous de cette initiative? Allez-vous regarder cette édition d'Un Dîner presque parfait? Dites-le nous dans les commentaires...