une série internationale transportée a paris

alice coffin

— 

Après une semaine à Berlin et une semaine à Nice (lire 20 Minutes Nice du 14 juin), le tournage de la série « Le Transporteur » a fait halte hier à Paris. Pour l'adaptation télé de la trilogie de Luc Besson, le pont de Bir-Hakeim a été bloqué, histoire que le cascadeur Michel Julienne organise « la synchronisation à la seconde près d'une course-poursuite ». Gros moyens donc, coproduction internationale et 35 millions d'euros de budget obligent.

Pas d'aliens dans la voiture !
La série (12 épisodes de 52 minutes) initiée par Takis Candilis, d'Atlantique Productions, est en effet coproduite par M6, HBO (chaîne américaine emblématique) et RTL Allemagne. « Cela veut dire qu'on propose en prime time aux téléspectateurs une qualité exceptionnelle, estime Takis Candilis, dont la société a déjà lancé les coproductions comme « Les Borgia » avec Canal+ et « Death in Paradise », en tournage pour France Télévisions. « Le Transporteur » s'y prêtait bien « car grâce à Luc Besson, c'est connu. Si on avait dit aux Américains, c'est l'histoire d'un mec qui traverse la ville en bagnole, pas sûr qu'ils auraient voulu se lancer… » Mais eux, comme les Allemands, ont bien voulu. Du coup, Julien Dewolf le directeur de la fiction de M6 présent sur le tournage, a l'œil : « Une coprod, c'est des compromis et de la surveillance. On n'a pas les mêmes choix éditoriaux que RTL et HBO. Les Allemands adorent la science-fiction, et moi je ne veux pas me retrouver avec des aliens dans une voiture, hein ! » Aucun risque a priori.

Casting

Sur le tournage, hier, les acteurs n'étaient pas là. Les scènes de cascades étaient des « plates », des séquences sur lesquelles viendront se surimprimer les silhouettes des acteurs, comme Chris Vance (le transporteur)ou François Berléand.