Skyrock: Auditeurs et rappeurs se mobilisent

RADIO L'éviction de Pierre Bellanger mobilise les auditeurs...

Aalice Coffin et Anne Kerloc'h

— 

Laurent Bouneau, directeur général des programmes, hier.
Laurent Bouneau, directeur général des programmes, hier. — s. ORTOLA / 20 minutes

«On a peur que Skyrock devienne Chérie FM, radio où on passe que de la variété, du Johnny Hallyday.» Ce n'est pas Pierre Bellanger, fondateur de Skyrock démis mardi de ses fonctions de directeur général (en restant président) par Axa Private Equity, actionnaire principal, qui a prononcé ces mots. Mais Ntoyi, 16 ans, venu jeudi protester devant le siège de l'antenne, à Paris.

Comme lui, une centaine d'ados ont répondu à l'appel des animateurs de Sky, mobilisés au micro pour défendre leur patron. D'autres se manifestaient virtuellement: 200 000 fans ont rejoint hier la page Facebook de soutien.

Sous la bande FM, la manif

Bellanger a su tirer parti de la première antenne sur la tranche d'âge 15-25 ans. Un classique, selon Thierry Lefebvre, auteur de La Bataille des radios libres (Ed. INA): «En cela, Bellanger montre bien qu'il est un pionnier des radios libres. En 1984, NRJ avait eu des problèmes avec l'ancêtre du CSA et avait réuni une manif assez monstrueuse à Paris! Là, il réussit à transformer un règlement de comptes entre lui et l'autre actionnaire en conflit sociétal.»

Actionnaire à 30%, Bellanger est présenté par certains comme «une figure hors du commun, défenseur de l'indépendance», dixit Laurent Bouneau, le directeur des programmes. D'autres pointent une personnalité difficile, voire «ingérable», aggravée par sa condamnation en 2008 à 4 ans d'emprisonnement, dont trois avec sursis, pour «corruption de mineure».

Alors que les actionnaires (dont Bellanger) ont donné mandat à deux banques pour vendre la station, qui a perdu 8 millions d'euros l'année dernière, son maintien ne serait pas forcément perçu positivement par des acheteurs potentiels. En attendant, c'est le nouveau DG qui est tricard dans la station.

Jeudi, Marc Laufer s'est vu interdit d'entrée. «J'ai la main sur tout… sauf l'accès aux locaux», explique-t-il. Il dément pourtant les intentions que lui prêtent Ntoyi et d'autres auditeurs: «Cela restera une radio R'n'B avec de larges tranches de libre antenne.» Jeudi, Pierre Bellanger ne faisait aucune déclaration.

>> Retrouvez l'interview de Marc Laufer par ici

Groupes de rap et de R'n'b mobilisés

Mokobé, Sexion d'Assaut, Sinik, Kenza Farah étaient présents hier dans les locaux de la radio. «Skyrock est la seule radio qui reconnaît notre musique comme un art», expliquait Kenza Farah. Sinik était plus précis, expliquant que Skyrock avait «posé ses couilles» pour défendre certains groupes. Mokobé affirmait avoir «acheté des couettes pour dormir à Skyrock».