«Ile de la tentation»: Dure réalité juridique pour la téléréalité

TELEVISION TF1 a été condamnée pour atteinte au droit du travail...

Alice Coffin

— 

<p>Deux anciens de&laquo; L'&icirc;le de la tentation &raquo; aux prud'hommes.</p>
<p>Deux anciens de&laquo; L'&icirc;le de la tentation &raquo; aux prud'hommes.</p> —

Sur l'île de la tentation, ils ne faisaient pas qu'être tentés, ils turbinaient, selon la cour d'appel de Versailles, qui a confirmé la condamnation de TF1 pour atteinte au droit du travail. La participation des candidats à la téléréalité « L'île de la tentation » est requalifiée en contrat de travail. Mais là où les plaignants réclamaient 400 000 € chacun, la cour leur en a accordé de 14 000 à 17 000 et les a déboutés de leur demande de statut d'artistes-interprètes.

«On a soldé le passé d'une émission que TF1 ne produit plus»

En marge d'un déjeuner au MIPTV, Edouard Boccon Gibod, directeur de TF1 Productions, confiait : « On a soldé le passé d'une émission que TF1 ne produit plus. Cela n'a jamais été un problème financier. C'est philosophiquement que j'ai du mal à me résoudre à ce que participer à une téléréalité soit une activité professionnelle. » Depuis les « jurisprudences Assous », du nom de l'avocat des plaignants, les producteurs de téléréalité font signer des CDD aux candidats.