«Top Chef»: qui va gagner?

TELEVISION Les atouts et les faiblesses des trois finalistes Fanny, Stéphanie et Pierre Sang passés au crible...

Sandrine Cochard

— 

P. OLIVIER / M6

C’est la dernière ligne droite pour «Top Chef». M6 diffuse lundi soir la finale de l’édition 2011. Lundi dernier, Stéphanie s’était qualifiée sur le fil grâce à une recette de saumon. Aura-t-elle retrouvé ses nerfs d’acier pour affronter Pierre Sang (le candidat lyonnais), le créatif, et Fanny, la combattante, en finale, lundi soir? 20Minutes passe les candidats au crible pour analyser leurs forces et leurs faiblesses.

>> Suivez et commentez la finale en live comme à-la-maison à partir de 20h45 sur 20minutes.fr en cliquant ici.

Fanny

Ses points forts

Sa combativité. Même après avoir raté un plat ou brûlé ses légumes, la jeune femme de 29 ans ne se laisse jamais abattre. «Rapide et efficace» comme elle le dit elle-même, Fanny aime la compétition et ne laisse rien au hasard. Pour cette finale, elle a étudié la finale de l’an dernier pour en connaître les moindres détails et s’est particulièrement entraîné sur les desserts avec son compagnon, champion de France des desserts en 2005.

Ses points faibles

Parfois cassante, Fanny a une image de narcissique qui a parfois la dent dure. Et à force de prendre la compétition trop à cœur, elle a fini par craquer lors de l’épreuve de l’agneau en quatre services de la semaine dernière.

Stéphanie

Ses points forts

Sa technique. C’est la candidate la plus constante depuis le début de l’aventure «Top Chef». Aussi à l’aise en viande qu’en produits de la mer, la jeune femme de 28 ans est la force tranquille de l’émission. «C’est la plus redoutable», estime ainsi le chef Christian Constant, juré de «Top Chef». Sérieuse, calme et appliquée, elle ne s’est retrouvée en difficulté qu’une seule fois, en quart de finale.

Ses points faibles

Son manque d’originalité. Si Stéphanie sait bien travailler tous les produits du terroir et envoie toujours des plats maîtrisés, elle n’a jamais réussi à surprendre le jury. Son classicisme culinaire pourrait toutefois être un atout puisqu’une partie des voix est issue de gourmets non professionnels. A moins qu’elle ne cède une fois de plus à la pression, comme lors de la demi-finale où elle a été repêchée in extremis par le jury. 

Pierre Sang

Ses points forts

Sa créativité. Il a bluffé le chef Yannick Alleno la semaine dernière, avec son agneau en quatre services qui racontait l’histoire de sa famille. Pierre Sang cuisine à l’instinct et au cœur, ce qui lui permet de se démarquer de ses concurrentes et lui vaut la sympathie des téléspectateurs.

Ses points faibles

Premier candidat à être sélectionné pour la finale, Pierre Sang garde pourtant une image d’outsider de la compétition. La faute à son attitude dilettante –le garçon à tendance à s’éparpiller facilement et à partir dans tous les sens- et à son manque de rigueur. «Même si la production est restée très floue sur les thèmes, on sait que nous aurons 10 heures pour préparer un repas complet que cent personnes dégusteront en direct. Ca risque d’être physique, il faudra diriger une équipe», a-t-il confié au Progrès. Un exercice dans lequel on imagine mieux Fanny et Stéphanie… Côté cuisine, il est également faible niveau dessert. «La pâtisserie, c’est mon point faible, il faut que j’y travaille» nous avait-il confié il y a quelques temps. C’est chose faite avec le chef pâtissier Nicolas Pépin, avec lequel il s’est entraîné, délaissant même les cuisines du restaurant lyonnais Les Muses de l’Opéra où il officie pour se consacrer à cette finale. Enfin, Pierre Sang affirme avoir résolu son problème de transpiration, soulevé par le jury lundi dernier.