Quelles conséquences après l'arrêt de «Carré ViiiP»?

MEDIAS Après l'arrêt de «Carré ViiiP», plusieurs questions se posent. 20Minutes y répond...

C.P.

— 

Elsa Fayer, qui a présenté «Carré Viiip» sur TF1
Elsa Fayer, qui a présenté «Carré Viiip» sur TF1 — C. CHEVALIN / TF1

Que vont faire les personnes qui travaillaient sur l’émission?

Robert Pizzelli, l’un des chefs opérateurs prise de sons de l’émission, explique que l’équipe technique l’a appris à l’avant-dernière minute (la dernière était pour les candidats eux-mêmes). «Ça a été un arrêt brutal. Il y a plein d’intermittents qui ont pris dix semaines de disposition, qui se sont engagés là-dessus et qui n’ont rien d’autre. Ils n’ont aucune indemnisation pour les semaines non travaillées. Nous nous retrouvons sans boulot: c’est comme un mec qui bosse dans une entreprise, qui arrive un matin et trouve la porte fermée. Là, le statut d’intermittent prend tout son sens.» Il précise que cette situation concerne selon lui environ 200 personnes composant une équipe technique très pointue.

Quel avenir pour téléréalité?

Pas de panique, elle a de beaux jours devant elle. «Ce n’est pas un échec de la téléréalité», précise la sémiologue Virginie Spies, «mais de ce format précis. Ce n’est pas même la fin de la téléréalité d’enfermement.  Je pense qu’ils vont essayer de restaurer “Secret Story”. Ou des programmes de télécoaching, qui sont une déclinaison de la téléréalité, avec une mise en scène du quotidien, de l’intime.» Au moment du lancement de «Carré ViiiP», Endemol avait confié être au travail sur d’autres programmes.

Quelles conséquences pour TF1?

TF1 s’en sortira toujours, sans compter qu’il y avait probablement «une clause concernant l’audience, comme c’est presque toujours le cas dans ces contrats», souligne Virginie Spies. «TF1 avait sans doute la possibilité de se retirer à moindre frais. En revanche, c’est plus ennuyeux pour Endemol, car c’était une production très coûteuse.» La société de production avait par exemple précisé qu’il s’agissait, avec «Carré ViiiP», de la plus grande maison jamais construite pour une émission de téléréalité. «C’est un vrai accident industriel, a estimé Robert Pizzelli. C’est la première fois qu’un programme de cette ampleur, en vrai direct [ce que voyaient les spectateurs n’avait que quelques minutes de décalage avec la réalité] est ainsi interrompu.»