Bokassa, Napoléon des tropiques

— 
Couronnement de Bokassa, en 1977.
Couronnement de Bokassa, en 1977. — PROGRAM 33

Bokassa 1er, empereur de Françafrique documentaire diffusé ce soir à 20 h 40 sur Planète, est monté en cinq actes. Comme une pièce de théâtre. Normal, tout est spectacle dans cette histoire. Les relations du dictateur africain avec le pouvoir français ont couru durant ses deux ans de règne sur la Centrafrique, pays de 2 millions d'habitants. Point d'orgue, un couronnement impérial, le 4 décembre 1977.
« Pour ce couronnement, Bokassa avait souhaité s'inspirer du sacre de Napoléon, note le réalisateur Emmanuel Blanchard. Ce qui est exceptionnel, c'est que les services audiovisuels des armées françaises ont filmé l'événement, et en ont conservé une copie. » Manteau d'hermine, couronne, chevaux venus de Normandie et qui s'effondrent sous la chaleur : « C'est à la fois le témoignage d'une théâtralité du pouvoir poussée à l'extrême, et un chef-d'œuvre de complaisance de l'Etat français à l'égard d'une dictature puisque ce film a été tourné pour être offert à Bokassa, poursuit Emmanuel Blanchard. Comme il était assez compromettant, il a été gardé dans un coffre pendant trente ans ! » L'Etat français n'était pas le seul à être compromis. Ce remake de « Napoléon sous les tropiques », dixit Blanchard « fascina aussi les médias ». Cinq cents journalistes étaient présents pour couvrir l'événement.Alice Coffin