«Carré Viiip», vers «l'incident industriel»?

MEDIAS Audiences décevantes, polémique... «Carré Viiip» est dans la tourmente

Sandrine Cochard

— 

Simulation du plateau de Carré Viiip
Simulation du plateau de Carré Viiip — DR.

Il n’aura fallu que 15 jours à «Carré Viiip» pour devenir la nouvelle épine dans le pied de TF1. Car deux semaines après son lancement, le 18 mars dernier, le bilan de la nouvelle émission produite par Endemol –qui voit s’affronter anonymes et anciennes «gloires» de la téléréalité dans une course à la célébrité- est plus que mitigé. 20minutes.fr liste les points noirs du show.

Des audiences décevantes. Outre un démarrage en deçà des attentes pour la première émission en prime time, la quotidienne «Carré Viiip», programmée à 18h15, peine toujours à trouver son public. Mardi, TF1 a ainsi enregistré une nouvelle contre-performance en s'inclinant face à M6 et France 3 avec seulement 14% de parts d'audience. Pire: elle entraîne toute la case dans sa chute. A tel point que l’on parle déjà d’échec et que des «adaptations» sont en cours pour tenter de corriger le tir, notamment l’arrivée de nouvelles têtes dans l’émission. «"Un accident industriel", aurait dit, à une autre époque, Patrick Le Lay en évoquant l'échec de "Carré Viiip"», estime ainsi Le Point.

Une polémique sur la déontologie. La course à la célébrité à tout prix est-elle un bon concept de téléréalité? Non, selon Michèle Cotta, ancienne directrice des programmes de France 2, qui menace ouvertement de démissionner du Comité de déontologie d’Endemol France. «J'aime bien la télé-réalité lorsque c'est Fear Factor, Koh-Lanta... (…) Or, je note que ce dernier programme -dont je ne savais pas de quoi il était composé- fait de la façon de se faire connaître à tout prix une valeur essentielle. Ça franchement, ce n'est pas ma valeur», a-t-elle fait valoir. Malgré la pluie de critiques qui s’abat sur l’émission, la PDG d’Endemol France, Virginie Calmels, défend son programme bec et ongles. «Les fondamentaux du programme n'ont pas été bien compris parce que nous les avons mal expliqué», a-t-elle dit mardi sur Europe 1,  assurant que «Carré ViiiP n'est pas en sursis».

Une interdiction aux moins de 12 ans? C’est la menace qui planerait sur «Carré Viiip», selon Le Parisien. Le CSA a bien tenu une réunion plénière ce matin, au cours de laquelle «le sujet "Carré Viiip" a été abordé», nous confirme-t-on au téléphone. «Mais aucune décision n'a été prise» sur un éventuel reclassement de l'émission en programme «déconseillé aux -12 ans». Toutefois, le CSA reconnaît avoir reçu des plaintes et reste vigilant. Les représentants d'Endemol seront auditionnés ce vendredi par le groupe de travail de Françoise Laborde sur la jeunesse et la protection des mineurs. La chaîne TF1 devrait elle aussi être auditionnée, ultérieurement.