«Carré Viiip»: Le CSA affirme que «le sujet a été abordé mais aucune décision n'a été prise»

MEDIAS Le CSA s'est réuni mercredi pour évoquer le cas de l'émission...

Sandrine Cochard

— 

Simulation du plateau de Carré Viiip
Simulation du plateau de Carré Viiip — DR.

«Carré Viiip» dans le viseur du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)? Le gendarme de l’audiovisuel français va passer «Carré Viiip» à la loupe après les nombreuses plaintes de téléspectateurs qu’il a reçues.

Audition d'Endemol et de TF1

Le CSA a ainsi déjà évoqué le cas de «Carré Viiip» lors d'une réunion plénière, mercredi. «Le sujet a été abordé mais aucune décision n'a été prise», sur un éventuel reclassement de l'émission en programme «déconseillé aux -12 ans», comme l'annonçait Le Parisien.

Toutefois, le CSA reste vigilant. Les représentants d'Endemol seront auditionnés ce vendredi par le groupe de travail de Françoise Laborde sur la jeunesse et la protection des mineurs. «L’audition de vendredi au CSA est prévue de longue date», tempère Claude Lacaze, directeur général adjoint d'Endemol France en charge de la stratégie, de la création, du développement et de l'international. «Il s’agit de participer à la réflexion engagée par Francoise Laborde autour des différents genres de téléréalité en France et à l'étranger», explique-t-il à 20minutes.fr.  La chaîne TF1 devrait, elle aussi, être auditionnée mais ultérieurement.

Polémique

«Carré Viiip» traverse actuellement une zone de turbulences. Outre les mauvaises audiences qui lui ont déjà valu des corrections en cours de route, l'émission suscite également la polémique sur son concept même -anonymes et anciennes gloires de la téléréalité s'affrontent dans une course à la célébrité. Un concept dénoncé par Michèle Cotta, ancienne directrice des programmes de France 2, qui menace ouvertement de démissionner du Comité de déontologie d’Endemol France.

Avant d’en arriver là, la PDG d’Endemol France, Virginie Calmels, a tenté mardi de calmer le jeu, affirmant mardi sur Europe1 que le lancement de «Carré Viiip» avait sans doute été mal mené. «Nous avons été mal compris sur la promesse du programme, renchérit Claude Lacaze. Avec Carré Viiip, nous soulevons une double question: les candidats qui ont été connus grâce à la téléréalité méritent-ils l’exposition qu’ils ont actuellement ? Et les anonymes qui ont chacun un rêve, méritent-ils vraiment d'y accéder? Ont-ils vraiment en eux les qualités et le talent nécessaires à cela?»

Trois semaines pour remonter les audiences

Une prime au mérite, donc, même si l'étalage de certains participants -comme Cindy et Giuseppe qui font la une de la presse people- laisse songeur sur la portée du message que souhaite véhiculer Endemol France. «L’histoire entre Cindy et Giuseppe est une histoire parmi d’autres. Elle ne constitue pas le cœur de l’émission», assure Claude Lacaze.

Reste que les scores d'audience de «Carré Viiip», notamment ceux de la quotidienne à 18h15, sont très mitigées. «Sur ce genre de programme, l’objectif est d’être performant sur les tranches d’audience dites commerciales à savoir les femmes de moins de 50 ans et les 15/34 ans. Des cibles sur lesquelles nous sommes déjà au dessus des moyennes habituelles, assure encore Claude Lacaze. A présent, il est exact que nous sommes plus faibles sur l’audience générale, mais il faut aussi laisser le temps à ce nouveau programme de s’installer. Lorsque Star Academy a été lancée, elle a connu trois semaines difficiles avant de trouver ses marques et son public. Sur les dix semaines que durent l’émission, les trois premières semaines sont là pour quelques réglages et appuyer les fondamentaux.» Et éviter l'incident industriel.