Canal 20, la future chaîne gratuite de Canal+

MEDIAS C'est ce qu'a annoncé le président du groupe, Bertrand Méheut...

N. Bu. et A. K. avec Reuters

— 

Le logo Canal+ en 2009.
Le logo Canal+ en 2009. — SOLAL/SIPA

Canal+ lancera à la fin de l'année une chaîne de télévision généraliste gratuite, annonce jeudi le PDG de la chaîne cryptée, Bertrand Méheut, dans une interview au Figaro disponible sur le site Internet du quotidien. Bertrand Meheut explique que la nouvelle chaîne, appelée Canal 20, représentera un investissement supplémentaire de 5% dans les dépenses de programmes du groupe et qu'elle sera «rapidement rentable».

«Les investissements dans les programmes du groupe Canal+ sont de deux milliards d'euros par an. Canal 20 représentera un investissement supplémentaire d'environ 5%», déclare le PDG de Canal+, détenue à 80% par Vivendi et à 20% par Lagardère. «Canal 20 ne pèsera guère sur nos coûts de grille et devrait être rentable rapidement», poursuit-il.

Les CSP+ plutôt que la ménagère

Bertrand Meheut explique que la cible publicitaire de la nouvelle chaîne sera essentiellement les «CSP+», «alors que les autres chaînes gratuites visent principalement les ménagères de moins de 50 ans». Le groupe estime aussi que Canal 20 ne viendra pas concurrencer Canal+ en incitant les clients de la chaîne cryptée à se désabonner. «Les deux chaînes n'auront pas les mêmes exclusivités dans le sport ni la même temporalité sur le cinéma ou les fictions», dit Bertrand Meheut.

«Nous serons prêts pour émettre dès la fin de la télévision analogique, en novembre 2011», indique encore le PDG de Canal+. Mi-mars, le groupe Lagardère avait décidé de différer son projet d'introduction en Bourse de Canal+ France en raison des événements au Japon et de l'instabilité des marchés financiers qui en ont découlé.

«Une vraie partie de bluff bien jouée avec TF1 et M6»

Pour plusieurs spécialistes des médias, cette annonce, qui n'est pas vraiment une surprise, est un contre-pied à la concurrence. «Bertrand Méheut a bien caché son jeu car il a toujours insisté sur le fait que le métier de Canal+ était la télévision payante. Une vraie partie de bluff bien jouée avec TF1 et M6», estime Philippe Nouchi, directeur de l’expertise médias de Reload pour les agences médias Zénith et Starcom, interrogé par 20minutes.fr jeudi soir. «C’est très cohérent en terme d’exploitation du catalogue», juge également Philippe Bailly, de NPA conseil. «Le groupe va pouvoir organiser au mieux l’exploitation de ses droits sportifs, cinéma, série, fictions originales».

«Avec ses tranches en clair et I-Télé, Canal+ n’est certes pas ridicule, et leur ambition de viser les CSP+ est pertinente au regard de l’arrêt de la publicité après 20h sur le service public et de l’image de Canal+», renchérit Philippe Nouchi. 

Assez de pubs pour tout le monde?

Seul bémol pour les deux spécialistes: la publicité. «Il y a une interrogation directe en terme de viabilité de la chaîne sur un marché publicitaire où les chaînes vont se bousculer», selon Philippe Bailly. Et pour être compétitive et rentable, «il faudra arbitrer entre contenu payant et gratuit», estime Philippe Nouchi, «et surtout savoir si le marché publicitaire peut faire vivre cette nouvelle chaîne en sachant qu’il y aura trois chaînes bonus avec celle de TF1 et M6».