« Walking Dead », de la BD à la TV

— 

Scènes gore et philosophie politique.
Scènes gore et philosophie politique. — TWD PRODUCTION / ORANGE TV

Deux camps : être zombie ou être humain dans « The Walking Dead », série qui tentera, dimanche à 20 h 40, de séduire les téléspectateurs d'Orange Cinéma Séries après son succès aux Etats-Unis cet automne. Deux possibilités : avoir acheté l'un des 400 000 albums BD de The Walking Dead vendus en France depuis 2003 ou ne rien connaître de ce comics à succès, dont est adaptée la série. Dans le premier cas, la lutte est à mort, entre les zombies et les êtres humains. Dans le second, « The Walking Dead » devrait plaire aux adeptes de la BD comme aux novices.

Des zombies alibis pour interroger la société américaine
« Evidemment, le terreau des fans de la BD nous a fait spéculer sur un éventuel succès de la série et incité à nous intéresser au projet très en amont, note Boris Duchesnay, directeur des programmes d'Orange Cinéma Séries. Mais la série en elle-même porte les ingrédients des 5 millions de téléspectateurs américains convaincus dès le premier soir. » Comprendre une adaptation signée Franck Darabont, et « à la manière de George Romero, le spécialiste des histoires de zombies, ajoute Boris Duchesnay, une histoire qui va bien au-delà et pose des questions sur la société américaine et sa fondation, la notion de famille et la question de l'existence d'un ennemi intérieur ».
A découvrir dans les six premiers épisodes, avant une saison 2, à venir en octobre aux Etats-Unis.alice Coffin