«Carré Viiip»: en dix ans, la téléréalité s'est transformée

MEDIAS 2011 est l'année anniversaire de la télé-réalité, arrivée en France en 2001 avec le «Loft». «Carré Viiip», qui sera diffusé vendredi à 20h45 sur TF1, illustre les dix années parcourues...

C.P.

— 

Vue d'ensemble de Carré Viiip, nouvelle émission de TF1
Vue d'ensemble de Carré Viiip, nouvelle émission de TF1 — TF1

La nouvelle émission Carré Viiip que TF1 lance ce vendredi est comme le Loft, de dix ans son aînée, une téléréalité d’enfermement, avec seize candidats regroupés dans une maison, sous l’œil des caméras. Mais en dix ans de téléréalité, tout a changé. Les candidats assument leur soif de notoriété et TF1 a décidé de jouer dessus.

«En dix ans, la téléréalité a fait exploser le concept de notoriété, note Claude Lacaze, directeur général adjoint d’Endemol France, Carré Viiip joue avec ces codes, et ceux de la presse people». Ce format «explique comment on devient célèbre», précise Angela Lorente, directrice du pôle téléréalité de TF1. Plus les candidats (huit people déjà connus et huit «wannabe» célèbres) sont populaires, plus ils restent dans le Carré. Leur chute médiatique promet leur sortie.

>> «Real People», le nouveau métier en vogue, c’est ici…

«Hier, le buzz était la conséquence d’un programme, reprend Claude Lacaze, on donnait des interviews et on faisait le défilé des plateaux télé à la sortie du Loft. Ici, c’est la cause: le buzz fait partie intégrante du concept.»

La «social tv»

Auparavant, on parlait de «télé conversationnelle», c’était celle qui alimentait les conversations autour de la machine à café, après la diffusion de l’émission. Désormais, c’est sur les réseaux sociaux que ça cancane, et en temps réel. «C’est l’avènement de la  ‘social TV’» selon Claude Lacaze. Carré Viiip sera donc une télé ultra connectée qui diffusera des vidéos sur les box des opérateurs, en plus d’un site, des comptes Twitter et Facebook.

Surtout, deux outils interactifs ont été créés pour l’occasion: «le viiipomètre indiquera sur le site internet de l’émission la popularité de chacun des candidats, et sera intégré aux émissions quotidiennes, et le publiiicomètre, utilisé pendant l’émission hebdomadaire, permettra au public de prendre part à des décisions importantes à l’intérieur du Carre ViiiP», précise Claude Lacaze. Tout ce qui se passe à l’intérieur a une résonance à l’extérieur, sur les réseaux sociaux et dans les médias, qui auront accès au Carré et pourront venir y faire des interviews. Et tout ce qui se passe à l’extérieur (buzz) aura une résonance à l’intérieur.

>> Nous avons visité le Carré, lire l’article ici.


Enfin, l’humour est assumé. On ne prétend plus comme à l’époque du Loft, comprendre l’âme humaine en enfermant des anonymes à la Plaine Saint-Denis.  «C’est du divertissement», précise Angela Lorente. Et entre les murs violets et les salles léopard, le décorum reflète cet humour. «On espère que vous y retrouverez la tonalité de Qui veut épouser mon fils», commente Elsa Fayer, qui présentait déjà cette émission. Prometteur donc.

>> Vendredi soir, suivez l’émission en live sur 20minutes.fr…