La téléréalité, recyclage permanent

MEDIAS TF1 lance le 18 mars «Carré Viiip», sa nouvelle émission de téléréalité...

C.P.

— 

Elsa Fayer, qui a présenté «Carré Viiip» sur TF1
Elsa Fayer, qui a présenté «Carré Viiip» sur TF1 — C. CHEVALIN / TF1

Pour les 10 ans de la téléréalité, TF1 entend lancer un nouveau format «original»: «Carré Viiip», qui sera diffusé dans un peu plus de trois semaines, le 18 mars. Il s’agit d’installer les «héros les plus emblématiques de la télé » avec des candidats anonymes dans une luxueuse maison. Et de voir qui «fera exploser le VIPometre»: le but étant de maintenir une cote de popularité la plus haute possible pendant les quelques semaines de durée de l’émission.

Les «real people»

En fait d’originalité, TF1 recycle. C’est le cercle médiatique: devenir une star par la téléréalité, puis être invité en tant que star dans une nouvelle émission de téléréalité. Les chaînes créent leurs propres héros. C’est ce qui était ébauché par «La Ferme des célébrités» sur TF1: mettre des gens connus non pour leur talent mais pour avoir su s’inclure dans le système médiatique (Kelly Bochenko ou Mickaël Vendetta) sur les écrans. C’est ce qu’a achevé NRJ 12 dans «Les Anges de la téléréalité» récemment, en regroupant dans une maison des héros de différentes émissions, de «Secret Story» à «L’Ile de la tentation».

«Le recyclage est inhérent à la téléréalité», explique Virginie Spies, sémiologue et maître de conférences à l'Université d'Avignon, à 20minutes.fr. Car les participants ne peuvent survivre qu’en recommençant éternellement ces émissions et n’ont pas forcément d’autres talents que de faire parler d’eux. «On l’a vu avec Giuseppe, qui a essayé de durer après “Qui veut épouser mon fils?” en étalant son divorce dans les magazines par exemple.»

Audimat facile

Pour les chaînes, il s’agit de prendre des personnages idéaux. Ils n’ont pas forcément de talent artistique, mais ils savent faire le buzz, donc augmenter l’audimat. «Il y a un savoir-faire, approuve Virginie Spies, sémiologue et maître de conférence. Ce n’est pas vraiment être soi-même, c’est plutôt forcer le trait, et organiser le buzz autour de soi.»

C’est d’ailleurs la promesse de TF1 qui explique, à propos des candidats déjà connus, «qu’ils vont vous prouver qu'ils méritent de rester dans la lumière!». Et le communiqué d’interroger: «Quels sont ceux qui feront le plus de buzz? Quels seront les candidats les plus populaires? Quels sont ceux qui bénéficieront de la plus grande couverture médiatique en décrochant la Une des journaux?» Une mise en abîme d’une honnêteté absolue.