X factor, de W9 à M6

MEDIAS M6 diffusera cette année X-Factor, télé-crochet musical britannique dont une première saison avait déjà été adaptée sur W9...

Charlotte Pudlowski
— 

«C’est un X-Factor avec une autre saveur», prévient d’emblée Matthieu Grélier, producteur du programme chez Fremantle. «Il n’a rien à voir avec celui de W9». Et si les montants dépensés pour l’adaptation du programme ne sont pas dévoilés, il est évident que le décorum et les conditions dans lesquelles évoluent les candidats ont sensiblement changé. 

>> Voir notre reportage dans les coulisses de l'enregistrement de X-Factor...

«Les candidats chantent face à un public dès les premiers épisodes, confirme Marie Genest, directrice du divertissement chez Fremantle, et ce n’est plus a capella, ils posent leur voix sur la musique et ils ont un micro, cela change la donne». 

Assis dans le public, on réalise que le rendu n’a effectivement rien à voir. Quand les premiers candidats tremblotants montent sur scène, on a véritablement l’impression d’assister à un concert. Un concert parfois très mauvais (ce que le jury ne manque pas de faire observer par des réflexions comme «Vous avez déjà entendu parler de massacre à la tronçonneuse?»), parfois très bon, comme lorsque Medhi vient chanter du Britney avec brio, ou lorsque les Twèm, des jumeaux déjà vus dans le X-Factor britannique, présentent une chorégraphie sur Crazy. Alors l’assistance se lève, applaudissant, chantant avec le candidat.

Un programme plus ouvert

Selon Matthieu Grélier, c’est aussi «un programme plus ouvert». De trois catégories sur W9, M6 est passé à quatre (et 25.000 candidats se sont inscrits). «Nous voulions vraiment avoir des catégories laissant place à tous les candidats. Et c’est ce qui s’est passé puisque la doyenne avait quand même 88 ans».

Un régal pour les présentateurs, Jérôme Anthony et Sandrine Corman, qui recueilleront et retraceront l’histoire de leur parcours.  «Ils ont plein de choses à raconter et ils sont plus motivés que jamais», prévient Jérôme Anthony.

Pour Anne-Sophie Larry, directrice de l’unité des programmes pour les productions externes de flux, mettre le paquet pour cette émission était bien naturel. «On appréciait vraiment la Nouvelle Star, mais la ligne éditoriale de M6 consiste à lancer de nouveaux programmes. Quand on a la chance d'avoir le programme le plus puissant du monde, on n'hésite pas une seconde, on fonce».