Dans les coulisses d'«X-Factor»

Medias 20minutes.fr a assisté mercredi soir à l'enregistrement du prochain programme phare de M6, «X-Factor», le télé-crochet musical qui succède à la «Nouvelle Star»...

Charlotte Pudlowski
— 

Quand Medhi débarque sur scène, chemise en jean, grosses Nike rouges et air fluet, on se dit qu'il va se faire évincer vite fait par le jury. «Je suis chanteur et danseur», prétend-t-il. Aïe, on ne lui pardonnera rien. Depuis le début de l'enregistrement, Olivier Schulteiss, le «méchant» du jury, enchaîne les candidats, les démâte. Dans les toilettes, backstage, les joues sont barbouillées de mascara. Parfois, l'ancien chef d'orchestre de la «Nouvelle Star» reconverti en juge arrête la chanson en plein milieu, et les postulants n'ont même pas droit aux quelques minutes du titre entier pour faire leurs preuves

Le public à bloc

On tremble donc pour Medhi, qu'on dirait tout droit sorti d'un film de Xavier Dolan, délicat, légèrement efféminé. Il va chanter «Toxic», de Britney Spears. Il aura au moins droit au soutien du public, qui se lève et applaudit en rythme dès que le titre choisi est un peu punchy. A la différence de la «Nouvelle Star», une audience est présente très tôt pour voir les candidats. Les pré-casting n'ont été qu'un écrémage.

L'audience a chaud, soif, elle réclame de l'eau. Mais elle est chauffée par un type qui essaie de leur apprendre à «s'enthousiasmer spontanément tous ensemble», et qui a manifestement bien fait son travail. Pour «La Musique est bonne», chantée par Christophe, 33 ans, qui gigotait dans sa timidité, ou pour «Femmes, Femmes, Femmes», interprété par Joël, 72 ans, dans une ambiance de kermesse de village, le public se lève donc. 

«Qu'est-ce que vous avez de plus qu'un autre?», demande le jury. «Je veux passer ma vie sur scène, comme beaucoup de gens ici. Mais je ne sais pas si j'ai quelque chose de plus. J'ai quelque chose, et je veux le montrer.» Humble, malin, bonne réponse. La musique commence, Medhi se met à chanter. Il est captivant. Il se met à danser, à sauter, occupe tout l'espace sans perdre son souffle. Pour une fois, Olivier Schultheis ne coupe pas la musique. Le public est debout en quelques instants. Medhi fait des bonds. Il devrait remplacer Britney dans les concerts où elle vient avec une heure de retard faire deux chansons en playback. Il s'arrête sous les hourras. 

«Vous êtes le meilleur performer»

La soirée n'avait pas été mauvaise. Il y avait eu la charmante Marivette, trapéziste et comédienne, qui était venue faire son show en chantant Boris Vian. Ou les Touèm, des jumeaux de 26 ans aux sourires immodérés, qui avaient emballé tout le monde avec «Crazy». Mais face à Medhi, ils sont comme une Luce face à une Susan Boyle - qui serait jeune, pas mal et saurait danser.

«I think you're ready now», plaisante Veronic Dicaire, la seule femme du jury - à l'irréductible accent canadien. Christophe Willemme et Henry Padovani (il faut bien deux «good guy» pour faire l'compenser Schulteis) lui font presque une déclaration d'amour. Et là, consécration, le méchant de la bande daigne le plus beau compliment: «Vous êtes le meilleur performer que l'on a vu jusque là.» Quatre «oui» donc, qui sont à «X-Factor» ce qu'étaient les «bleu» à la «Nouvelle Star».