Les rolls des mags roulent bien

alice coffin

— 

Wad et Amusement, deux revues haut standing à acheter dans des lieux branchés.
Wad et Amusement, deux revues haut standing à acheter dans des lieux branchés. —

Les niches, ce n'est pas que pour les chiens. Celle du hype sur papier glacé, de la mode déclinée sous couvertures cartonnées, est occupée par des créateurs qui n'ont de canin que leur amour des griffes. Ces revues s'appellent Numéro, Amusement, Self Service Magazine ou encore Wad, publication qui fête cette année ses 10 ans.
Leur look : des paginations extensibles aux 500 pages. Leur rythme : des parutions très espacées, parfois deux à trois par an. Ces revues, souvent vendues – cher – dans des lieux branchés, des grands hôtels aux concept stores.

« Liberté de scénographie »
« Elles ont émergé au tournant de l'an 2000, analyse Nathalie Ayache, du groupe éponyme qui édite Numéro. Quand la mode a commencé à être traitée comme un art. » Et à figurer dans ces produits qui se veulent, eux aussi, « des objets d'art, souligne note Bruno Collin cofondateur de Wad. Nos anciens numéros sont parfois recherchés sur eBay ». Le beau papier ne fait pas tout, il s'agit aussi de réunir « les meilleurs photographes, qui viennent parce qu'on leur offre une liberté de scénographie, poursuit Nathalie Ayache. Mondino nous a par exemple conçu une très belle série de femmes en gants de boxe. La mode peut se loger partout ! »
Y compris dans les jeux vidéo à l'affiche d'Amusement, qui « se veut un hub créatif autour du mode de vie des geeks, décrypte Abdel Bounane, son fondateur.On parle des nouvelles technologies mais avec un postionnement lifestyle. » Et est-ce viable ? « Tout réside dans la bonne entente avec les marques, note Bruno Collin. On peut, par exemple, devenir leurs conseillers. » Même si, Erza Petronio, fondateur il y a plus de vingt ans de Self Service Magazine, y voit, lui, « une activité de mécène ».