Cocktail de concepts pour nouveautés télé

TELEVISION Comme «L'amour au menu» de Direct 8, des émissions mélangent les formats...

Stéphane Leblanc

— 

Dans « L'amour au menu » sur Direct 8 à partir de ce soir, la cuisine rencontre le dating.
Dans « L'amour au menu » sur Direct 8 à partir de ce soir, la cuisine rencontre le dating. — E. ROBERT

On connaissait la chanson, on connaît maintenant la recette. Pour renouveler un télécrochet qui s'essouffle, un bon mélange des genres « lui redonne du peps », confirme Noële Rigot, d'Eurodata-TV Médiamétrie. On peut aussi essayer d'allier les succès pour tenter d'en faire un plus costaud. Profiter, par exemple, du succès montant en soufflé des émissions culinaires et des classiques concours de talents.

Autre exemple ? Prenez «L'espoir de l'année», sur M6. Une idée qui a germé après le succès d'audience d'un «Zone interdite» sur les artisans. Hop, on ajoute des règles de concours de talents empruntées à «Top chef» et c'est gagné ! Quant au format «Twist and Shout (Chante si tu peux)» diffusé sur Virgin 17 (désormais Direct Star), il faisait penser à «X Factor», pour le chant, mâtiné de «Fear Factor», pour la peur…

Des thématiques qui plaisent
«L'amour au menu», dont la première est diffusée ce soir sur Direct 8, semble un croisement d'«Un dîner presque parfait» de M6 et de «Qui veut épouser mon fils?» de TF1 avec des réminiscences de «Tournez manège» (TF1). Une émission «originale et légère», assure son producteur, Samuel Kissous. Mais qui n'est pas sans en rappeler une autre, version bricolage, «Room Raiders» [MTV]. On y choisit le garçon que l'on veut fréquenter en fonction de l'état de sa chambre (déco, propreté).

Dans la même veine accueillante, Noële Rigot suggère aux chaînes d'adapter  Instant Restaurant», format anglais où il s'agit de transformer son appartement en resto ou en table d'hôte.

Cette tendance à faire du neuf avec du vieux cacherait-elle une panne d'inspiration ? «Pas forcément, car rien n'empêche d'innover à partir de thématiques qui plaisent», constate Anne Richy, de l'institut spécialisé médias IMCA. Noële Rigot confirme : «Pourquoi se priver de ces formats hybrides si les idées sont bonnes?» Et si beaucoup de ces émissions se retrouvent sur la TNT, «c'est parce que ces chaînes ont moins peur d'oser», ajoute Anne Richy.

repas et séduction

Elle a des faux airs de Bridget Jones. La gourmande célibataire de « L'amour au menu » devra, ce soir à 20 h 40 sur Direct 8, choisir parmi trois prétendants, en fonction des repas concoctés, mais aussi de leur charme et de l'ambiance de la soirée. « Tout est filmé en décor réels et on laisse les participants vivre leur histoire », assure Samuel Kissous, le producteur, qui dit préparer un autre format hybride avec des historiens en immersion à une époque donnée.

17h43: Cet article a été modifié