Qui veut épouser mon fils: Giuseppe, aussi macho derrière la caméra que devant

MEDIAS Avant de se mettre à monnayer ses interviews, Giuseppe s'était confié à 20minutes.fr...

Charlotte Pudlowski

— 

Giuseppe et sa mère Marie-France dans l'émission «Qui veut épouser mon fils»
Giuseppe et sa mère Marie-France dans l'émission «Qui veut épouser mon fils» — TF1

Il fascine le Web, il est coaché par Jean-Claude Elfassi, paparazzi devenu coach de téléréalité, et monnaie désormais ses interviews… Giuseppe est la star des médias depuis sa participation à Qui veut épouser mon fils?. De la révélation de sa liaison pendant le tournage à celle de sa paternité de deux enfants, il est devenu un personnage. Mais le vrai Giuseppe ne semble pas bien loin.

«Je suis très content de mon image à l’écran, je trouve que ça reflète parfaitement ce que je suis», nous a-t-il avoué. Ancien ado obèse, Giuseppe est content de son physique et de la personnalité qui se dégagent. «Je suis comme un italien du sud des années 50, je ne suis pas pour l’égalité des sexes. Les femmes d’aujourd’hui, ça boit, ça fume. Vous voyez bien comment elles sont non?» Pas sûr qu’on voit bien.

«Je ne crois pas à l’égalité des sexes»

Mais sa mère Marie-France, oui. «Je ne crois pas à l’égalité des sexes parce que ça part dans tous les sens maintenant» confiait-elle à son tour à 20minutes.fr. «Moi, je me suis mariée à 18 ans et j’en ai 60 aujourd’hui: ça fait 40 ans que je suis mariée, alors je sais m’occuper d’un homme.» Le père invisible existe donc bien.

Mais il n’entre pas dans le lien qui unit mère et fils, et cela leur paraît normal. Ils sont d’accord pour dire que «dans la vie, le plus sûr, c’est le cœur d’une mère» -selon elle- et qu’entre une mère et une copine, il choisira «toujours la mère» - selon lui.

«J’ai pensé qu’on pourrait lui trouver la perle rare. C’était pas le cas»

Giuseppe est un candidat outrancier – et hormis la célébrité, difficile de comprendre ce qui l’a attiré vers cette émission. Il ne s’entend pas avec les autres candidats («Les autres types ont mis des vidéos malsaines sur Facebook, ils se sont filmés avec leur prétendantes. Je ne les fréquente pas»). Il dit n’être pas un grand fan de téléréalité, et ne pense pas que ça l’aide dans la vie. «Vous croyez que je vais vendre plus de voitures, ou que ça va m’aider dans la vie d’avoir participé à Qui veut épouser mon fils?»

Sortir de la morosité

Selon Marie-France, c’était une période difficile, la famille sortait d’un triple deuil. «Mon fils m’a proposé cette idée, j’ai dit ‘hop, on fonce’. On n’avait rien prévu. J’ai pensé qu’on pourrait voir les jeunes filles et lui trouver la perle rare. C’était pas le cas. Mais ça nous a permis de découvrir le monde de la télé, qui nous a plu». Giuseppe estime de même qu’il s’agissait de trouver la femme de sa vie. «Parce que j’arrive pas à trouver des filles sérieuses. C’est toutes des délurées.»

Tant que ces délurées sont aussi des spectatrices, Giuseppe devrait y trouver son compte. «Il est très intelligent, on peut travailler avec lui, expliquait Elfassi à 20minutes.fr  Il a déjà un vécu en plus, donc on a plein de choses à découvrir sur lui.» On lui fait confiance pour maintenir l’audience de TF1.