L'histoire n'aime pas les vieilles rengaines

alice coffin

— 

De Gaulle par ceux qui l'ont côtoyé, ce soir dans « C'est notre histoire » sur France 5.
De Gaulle par ceux qui l'ont côtoyé, ce soir dans « C'est notre histoire » sur France 5. — FRANCE TELEVISION / CAPA

Après vingt ans d'antenne, l'émission « Alain Decaux raconte » fut supprimée en 1988. Explications du télégénique historien Fabrice d'Almeida : « Les diffuseurs étaient lassés de la manière classique de parler histoire dans les médias, ils ont estimé que le genre avait besoin de renouvellement. Du coup, depuis, on n'arrête pas de voir surgir de nouveaux concepts d'émissions historiques. »
« Le lauréat de l'histoire », « Les secrets de l'histoire », « Les détectives de l'histioire »... les formats se suivent et se res­semblent, ou pas. Fabrice d'Almeida coprésentera le dernier-né de cette lignée, ce soir, à 20 h 35 avec Marie Drucker sur France 5 : « C'est notre histoire ».

Interactivité, nouveauté, télé réalité
La nouveauté vient cette fois de « l'aspect contributif, participatif, interactif et transgénérationnel », explique Claire Leproust, directrice des développements numériques de Capa.
Traduction : pour parler de De Gaulle, sujet de la première émission, les auteurs ont lancé un appel à témoins, et invité papy, mamie et tous ceux qui avaient vécu l'époque du général à raconter anecdotes, souvenirs ou impressions. L'aspect interactif est mani­festement le must de l'année pour les émissions historiques, puisque c'est aussi le credo de Laurent Boyer, qui anime depuis septembre, « Le grand quiz des histoires de France » sur RTL. « Les émissions d'histoire varient selon le média, explique-t-il. Moi je suis sur RTL alors bien sûr je donne la parole aux auditeurs. Il y a une dotation, et il faut que cela reste ludique. »
Le ludique, la chaîne Histoire connaît. Elle dispose depuis plusieurs années d'une case téléréalité historique, à laquelle, Anne Grolleron, la directrice des acquisitions « tient beaucoup ». Y défilent différentes émissions dans lesquelles des candidats revivent une époque donnée. L'âge de pierre, la vie rurale dans l'Allemagne du XVIIe siècle ou, actuellement, dans « La petite maison sous les bombes », le quotidien d'une famille anglaise pendant la Seconde Guerre mondiale. « La téléréalité est un concept pour lequel je fais une exception, explique-

t-elle. Car d'habitude, je privilégie les documentaires car les magazines d'histoire vieillissent trop vite. » Pas grave, il y aura toujours un petit nouveau pour leur filer un coup de jeune.

dates et repères

« C'est notre histoire » : deuxième émission début janvier sur « La vague rose » de 1981. « Le grand quiz des histoires de France » : samedi et dimanche à 11 h 30 sur RTL. « La petite maison sous les bombes » : mardi et mercredi, 12 h 30, lundi et samedi 13 h, dimanche 12 h 55 sur Histoire.